X

Dernières Infos

USA : Pompeo retourne en Europe, étape à Berlin après sa visite annulée

AFP
24/05/2019

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo se rend la semaine prochaine en Europe pour une nouvelle mini-tournée, avec une étape en Allemagne après sa récente visite annulée qui avait suscité la consternation, a annoncé vendredi le département d'Etat.

Du jeudi 30 mai au mercredi 5 juin, il se rendra à Berlin pour rencontrer la chancelière Angela Merkel et le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas, puis en Suisse pour s'entretenir notamment avec son homologue Ignazio Cassis, avant de participer le 3 juin à La Haye au 9e sommet mondial sur l'entrepreneuriat avec le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

Son déplacement se terminera par Londres, où il rejoindra le président des Etats-Unis Donald Trump pour sa visite d'Etat au Royaume-Uni, prévue du 3 au 5 juin.

Mike Pompeo avait annulé à la dernière minute début mai sa visite à Berlin au cours d'une précédente tournée en Europe, pour effectuer un déplacement surprise en Irak où il a mis en garde contre des menaces d'attaques iraniennes.

Mais de nombreuses voix s'étaient alors élevées en Allemagne pour juger que cette annulation impromptue était symptomatique de l'état des relations bilatérales, très dégradées depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump. Washington avait promis de reprogrammer rapidement la visite.

L'Iran sera certainement l'un des dossiers au coeur de ses entretiens avec les dirigeants allemands: l'Allemagne reste attachée à l'accord sur le nucléaire iranien dont le président Trump a retiré les Etats-Unis, et le directeur politique du ministère allemand des Affaires étrangères, Jens Plotner, vient de se rendre à Téhéran pour rencontrer le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif.

En Suisse, le secrétaire d'Etat devrait également parler de l'escalade avec la République islamique. La Suisse représente en effet les intérêts diplomatiques des Etats-Unis en Iran, les deux pays ennemis n'ayant pas de relations officielles.

Elle a aussi accepté de représenter les intérêts américains au Venezuela après le retrait par Washington de son personnel diplomatique dans ce pays, où l'administration Trump ne reconnaît plus la légitimité du président Nicolas Maduro. Caracas doit encore valider cet accord.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants