Moyen Orient et Monde

Le maire déchu d’Istanbul dénonce les « mensonges » invoqués pour annuler son élection

Le maire déchu d’Istanbul, Ekrem Imamoglu, a dénoncé hier les « mensonges » invoqués pour annuler son élection le 31 mars et appelé ses électeurs à rester mobilisés lors du nouveau scrutin le 23 juin. « Personne ne croit à leurs allégations », a déclaré M. Imamoglu lors d’un rassemblement à Istanbul pour lancer sa nouvelle campagne. Il a dénoncé les « mensonges » et « excuses » invoqués par le parti au pouvoir AKP, qui avait dénoncé des « irrégularités massives » lors du scrutin. Les recours de l’AKP avaient conduit le Haut Conseil électoral (YSK) à annuler le scrutin et à en convoquer un nouveau le 23 juin. « Quand je regarde leurs visages, je vois qu’eux-mêmes n’y croient pas », a-t-il ajouté. Ekrem Imamoglu avait battu Binali Yildirim, candidat de l’AKP et ex-Premier ministre, avec moins de 13 000 voix d’avance. Une marge minime à l’échelle d’une ville de plus de 15 millions d’habitants, contrôlée par les islamo-conservateurs depuis 25 ans. Selon les analystes, le gouvernement s’accroche à Istanbul car la ville fournit à son maire des ressources très importantes et une plateforme politique de premier plan. « Le 23 juin, nous montrerons à la Turquie entière qu’il n’y a pas d’autre issue que la démocratie et les urnes », a insisté M. Imamoglu.


Le maire déchu d’Istanbul, Ekrem Imamoglu, a dénoncé hier les « mensonges » invoqués pour annuler son élection le 31 mars et appelé ses électeurs à rester mobilisés lors du nouveau scrutin le 23 juin. « Personne ne croit à leurs allégations », a déclaré M. Imamoglu lors d’un rassemblement à Istanbul pour lancer sa nouvelle campagne. Il a dénoncé les...

commentaires (0)

Commentaires (0)