X

Moyen Orient et Monde

Sport et culture : la nouvelle offensive de charme de Riyad

Éclairage

L’attribution du Paris-Dakar à l’Arabie saoudite à partir de l’année prochaine pose la question de savoir quels objectifs Riyad entend atteindre par l’organisation de tels événements.

13/05/2019

Les événements sportifs et culturels d’envergure internationale se multiplient en Arabie saoudite. En décembre dernier a été organisé un grand prix de Formula E, version électrique de la Formule 1, à Riyad. La Supercoupe d’Italie opposant la Juventus de Turin au Milan AC, deux grands clubs européens, a aussi été organisée dans le royaume en janvier dernier. Riyad souhaite aussi accueillir des combats de l’UFC, célèbre ligue de MMA, et vise l’organisation d’une coupe du monde des clubs de football dans les prochaines années.

La multiplication de ces événements est inédite dans le royaume. Avant l’arrivée de l’actuel prince héritier en 2017, l’organisation de ce type d’événements n’était pas une priorité de la famille royale saoudienne. Cette nouvelle politique sportive est le pendant d’une politique culturelle également ambitieuse. En avril 2018, le pays a organisé sa toute première Fashion Week. Le royaume a ouvert des cinémas et va bientôt inaugurer son premier opéra. De nombreux concerts se multiplient aussi, comme celui de la célèbre chanteuse américaine Mariah Carey en février dernier. Cette évolution s’inscrit dans un projet politique plus global, à savoir Vision 2030, qui doit aboutir à terme à une modernisation de tous les pans de la société saoudienne. « Mohammad ben Salmane veut donner une bonne image de l’Arabie saoudite, d’un pays en bonne santé, qui organise de nombreuses manifestations », affirme Clarence Rodriguez, correspondante en Arabie saoudite et auteure de Révolution sous le voile, interrogée par L’Orient-Le Jour. Le Paris-Dakar, véritable carte postale pour les paysages saoudiens, en est l’exemple parfait. Selon Steffen Hertog, professeur de sciences politiques à la London School of Economics, interrogé par L’Orient-Le Jour, cette politique « est d’autant plus importante maintenant après les déboires de l’affaire Khashoggi », du nom du journaliste saoudien assassiné en octobre dernier au consulat saoudien à Istanbul. L’un des objectifs est d’attirer des touristes « essentiellement auprès d’un public européen, comme le fait depuis une dizaine d’années le sultanat d’Oman », selon Raphaël Le Magoariec, chercheur du Citeres-EMAM à l’Université de Tours, interrogé par L’OLJ. Preuve en est la mise en place de visas touristiques pour les grands événements touristiques et culturels depuis octobre dernier.


(Lire aussi : Dakar 2020 : la stratégie de l'Arabie saoudite à l'épreuve des droits de l'homme)


Tourisme et investissements

Mais cette stratégie du royaume compte surtout attirer les investisseurs étrangers. Le programme Vision 2030 a pour objectif de diversifier l’économie saoudienne qui ne peut plus se reposer seulement sur la vente de pétrole. Selon Raphaël Le Magoariec, l’Arabie saoudite veut « se montrer comme moderne pour attirer les investisseurs économiques étrangers. Ils ont besoin de ces derniers avec tous les défis économiques qui arrivent et la montée du chômage au sein de la jeunesse ». Cependant, les investisseurs semblent encore un peu réticents à l’idée d’investir dans un pays vu comme autoritaire et rétrograde.

Cette politique s’explique aussi par la situation sociale saoudienne. Avec un grand nombre de jeunes – plus de 45 % de la population a moins de 24 ans – souvent hyperconnectés et donc au fait de ce qui se passe ailleurs dans le monde, le royaume se doit d’augmenter l’offre de loisirs. En effet, selon Steffen Hertog, l’Arabie saoudite veut « pouvoir offrir des divertissements à sa jeunesse auparavant privée d’offre de loisirs ». Le royaume promeut le développement de sports spectaculaires qui attirent les foules, comme le football ou le catch. Une manière d’occuper la population en la divertissant « pour que sa jeunesse pense à autre chose qu’à la politique », selon Raphaël Le Magoariec.


(Lire aussi : En accueillant le Dakar, "l'Arabie saoudite vient jouer sur le terrain du Qatar")


Le régime saoudien se positionne ainsi sur le même marché que le Qatar. Doha, qui depuis juin 2017 subit un blocus économique et diplomatique des pays du Golfe, dont l’Arabie saoudite, qui lui reprochent de financer des groupes terroristes et de coopérer avec l’Iran, a depuis longtemps adopté cette stratégie avec comme point d’orgue l’organisation de la future Coupe du monde dans l’émirat. L’Arabie saoudite a mal vécu cette attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar, comme l’affirme Clarence Rodriguez : « Les Saoudiens n’ont jamais digéré ce choix. Comme c’est un événement planétaire qui va braquer les projecteurs sur ce petit pays, cela crée une émulation mais aussi beaucoup de jalousie. » L’Arabie saoudite semble vouloir remettre le Qatar à sa place, qui « l’agace par sa capacité financière d’action à l’échelle internationale et par ses actions solitaires qui n’épousent pas ses agendas politiques », selon elle. L’Arabie saoudite souhaite ainsi réaffirmer sa position dans le domaine du sport au sein des pays du Golfe. Mais les Saoudiens ont déjà accumulé du retard par rapport au Qatar et aux Émirats arabes unis.


(Lire aussi : Six mois après l’affaire Khashoggi, MBS est-il réhabilité ?)


Il semble que le royaume ne compte pas s’arrêter là. Il se dit que Riyad pourrait acquérir prochainement une grande équipe de sport européenne, comme le confirme Steffen Hertog : « De nombreuses rumeurs font état d’une volonté de Mohammad ben Salmane, ou d’entités liées à l’État, d’acheter une grande équipe de sport européenne. » Même si ce ne sont que des rumeurs, selon Clarence Rodriguez, « l’Arabie saoudite pourrait se positionner sur le PSG, qui semble peut-être lasser les investisseurs qataris ».


Pour mémoire

A Milan, la Scala rejette un possible financement saoudien

L'énigme de la disparition du tableau le plus cher du monde

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Les dessous de la parenthèse Mohammad Safadi

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants