Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Un ministre libyen accuse Paris de soutenir Haftar, évoque sa "surprise"


Le ministre de l'Intérieur du gouvernement libyen d'union nationale (GNA), Fathi Bachagha, lors d'une conférence de presse à Tunis, le 28 avril. Photo AFP

Le ministre de l'Intérieur du gouvernement libyen d'union nationale (GNA), Fathi Bachagha, a critiqué le soutien apporté selon lui par Paris au maréchal Khalifa Haftar, qui mène une offensive militaire contre Tripoli.

Les troupes du maréchal Haftar, qui ont lancé une offensive le 4 avril, affrontent les forces pro-GNA au sud de Tripoli et les combats ont fait au moins 278 tués, 1.332 blessés et 38.900 déplacés, selon l'ONU.

"La France est un pays chef de file en matière de démocratie (...) Elle a également joué un rôle important dans la chute de l'ancien régime en 2011", a souligné M. Bachagha lors d'une conférence de presse à Tunis dimanche.

"Tout cela explique notre surprise quant au rôle de la France dans le soutien à Haftar et à ses fils", a-t-il poursuivi.

"Nous appelons la France à rester fidèle aux valeurs françaises et à son passé démocratique", a-t-il conclu.

Plusieurs milliers de Libyens ont défilé ces derniers jours à Tripoli contre le gouvernement et le président français Emmanuel Macron, pour dénoncer l'offensive militaire du maréchal Haftar, tacitement soutenue selon eux par la France.

M. Bachagha avait déjà publiquement accusé mi-avril les autorités françaises de soutenir "le criminel Haftar".

Mardi, le Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj, reconnu par la communauté internationale, a repris ces accusations, estimant que la France soutenait le maréchal Khalifa Haftar, "un dictateur", dans un entretien au quotidien français Libération.

La France a de son côté réfuté les accusations "complètement infondées" de Tripoli et réaffirmé son soutien au "gouvernement légitime du Premier ministre Fayez al-Sarraj et à la médiation de l'ONU pour une solution politique inclusive en Libye".

Pour les partisans du GNA, le maréchal Haftar --qui est ouvertement soutenu par le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le roi Salmane d'Arabie Saoudite-- souhaite instaurer une "dictature militaire" en Libye.


Le ministre de l'Intérieur du gouvernement libyen d'union nationale (GNA), Fathi Bachagha, a critiqué le soutien apporté selon lui par Paris au maréchal Khalifa Haftar, qui mène une offensive militaire contre Tripoli.Les troupes du maréchal Haftar, qui ont lancé une offensive le 4 avril, affrontent les forces pro-GNA au sud de Tripoli et les combats ont fait au moins 278 tués, 1.332...