X

Dernières Infos

Syrie: 10 civils tués dans des tirs du régime sur la province d'Idleb, selon un nouveau bilan

AFP
18/04/2019
Dix civils, dont trois enfants, ont été tués jeudi par des tirs de roquettes du régime visant un hameau et un camp de déplacés dans la province d'Idleb (nord-ouest), le dernier grand bastion jihadiste et rebelle en Syrie, a indiqué une ONG.

La région d'Idleb est dominée par Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d'el-Qaëda), une organisation jihadiste ayant renforcé en début d'année son emprise sur ce bastion, qui échappe toujours au régime de Damas, au terme de combats meurtriers contre des rebelles affaiblis.
Elle fait l'objet depuis septembre 2018 d'un cessez-le-feu négocié par la Russie, allié du régime de Bachar el-Assad, avec la Turquie, parrain de certains groupes rebelles qui s'y trouvent.

Mais le régime n'a pas cessé d'y mener des frappes, qui sont devenues plus régulières et meurtrières depuis deux mois. Rien qu'en février et mars, les violences ont fait plus de 86.500 déplacés, aggravant "une situation humanitaire déjà précaire", selon l'ONU.

Selon un nouveau bilan de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), dix civils ont été tués jeudi dans des tirs visant le hameau d'Oum Touineh et un camp de fortune voisin abritant des déplacés, dans le sud-est d'Idleb. Au moins 30 personnes ont été blessées, d'après la même source.

L'accord russo-turc négocié en septembre a permis à la province d'éviter une offensive d'envergure de l'armée syrienne. Il visait à créer une "zone démilitarisée" séparant les secteurs insurgés des zones gouvernementales attenantes. Mais l'initiative n'a été que partiellement appliquée face au refus des jihadistes de se retirer de cette zone tampon.

Le sort d'Idleb devrait être discuté lors d'un prochain cycle de pourparlers prévu les 25 et 26 avril dans la capitale du Kazakhstan, dans le cadre du processus dit d'Astana, parrainé par Moscou et Téhéran, alliés du régime, et la Turquie.

Mardi, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a estimé que les "garants" d'Astana devaient "respecter les engagements liés au dossier d'Idleb".

La guerre en Syrie s'est complexifiée au fil des ans, avec l'implication de groupes jihadistes et de puissances étrangères. Le conflit a tué plus de 370.000 personnes, selon l'OSDH.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

En attendant que le premier drone livre ses secrets...

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants