X

Moyen Orient et Monde

L’évacuation des civils de Baghouz se poursuit

Syrie

Le jihadiste français Jean-Michel Clain est mort, annonce son épouse.

OLJ
06/03/2019

Des centaines de personnes ont été évacuées hier de l’ultime bastion du groupe État islamique (EI) dans l’est de la Syrie, sous la supervision des forces arabo-kurdes engagées contre les jihadistes jusqu’au-boutistes acculés dans leur dernier lambeau de « califat ». Parmi ceux qui sont sortis du village de Baghouz, dernière poche de l’EI en Syrie située dans la province orientale de Deir ez-Zor, se trouve l’épouse du jihadiste français Jean-Michel Clain qui a annoncé aux journalistes la mort de son époux, dont le nom est étroitement lié aux attentats de Paris du 13 novembre 2015.

L’alliance arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS) a ralenti depuis dimanche son assaut contre le dernier réduit de l’EI pour permettre aux civils qui y sont retenus et aux combattants qui veulent se rendre de quitter l’enclave.

Hier encore, des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants sont arrivés à une position des FDS dont les combattants procèdent à des fouilles et des interrogatoires poussés pour identifier les jihadistes qui se cacheraient parmi la foule, a constaté une journaliste de l’AFP. Les hommes, séparés du groupe, sont assis au sol et entourés par des combattants des FDS, tandis que les femmes, vêtues d’un niqab qui les couvre de la tête aux pieds, reçoivent de l’eau et des couches pour la multitude d’enfants qui les accompagnent souvent.

La veille, un porte-parole des FDS, Mustafa Bali, avait annoncé la sortie d’« environ 3 000 personnes » en moins de 48 heures. Parmi eux « se trouvaient un grand nombre de jihadistes de l’EI qui se sont rendus », a-t-il rapporté sur son compte Twitter.

L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a lui fait état de l’« évacuation de 280 jihadistes » ayant capitulé depuis le ralentissement des opérations dimanche.

« Vaincre l’EI »

Après une montée en puissance fulgurante en 2014, l’EI avait proclamé en juin de la même année un « califat » sur des pans entiers de la Syrie et de l’Irak voisin. Mais face à plusieurs offensives ces deux dernières années, les jihadistes ont vu leur territoire se réduire comme peau de chagrin.

Dans le secteur de Baghouz, les jihadistes sont confrontés à des tirs d’artillerie et des frappes aériennes de la coalition internationale emmenée par Washington. « La bataille pour vaincre l’EI se poursuit », a assuré à l’AFP le porte-parole de la coalition anti-EI, Sean Ryan, confirmant que des raids étaient menés. Selon le directeur de l’OSDH Rami Abdel Rahmane, ces frappes visent à « empêcher les jihadistes de mener des contre-attaques ou de prendre la fuite ».

Plus de 54 000 personnes, principalement des familles de jihadistes, ont déjà quitté l’ultime réduit depuis décembre, selon l’OSDH. Parmi eux, plus de 5 000 jihadistes ont été arrêtés, d’après cette source.

La grande majorité des personnes évacuées est transférée vers le camp de déplacés d’al-Hol, plus au nord, où des dizaines de milliers d’individus s’entassent dans des conditions difficiles, dénoncées par des ONG.

Jihadistes étrangers

La population du camp s’élève désormais à plus de 56 000 habitants, « dont plus de 90 % sont des femmes et des enfants », a indiqué hier le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) de l’ONU en Syrie.

« Entre le 22 février et le 1er mars, environ 15 000 personnes sont arrivées dans le camp », a ajouté l’OCHA, faisant état de la mort de 90 personnes – dont les deux tiers sont âgés de moins de cinq ans – lors des trajets précaires les emmenant de Baghouz vers al-Hol, ou juste après leur arrivée dans le camp. Hier, « 600 personnes sont arrivées tôt le matin au camp », a indiqué à l’AFP le Comité international de secours (IRC).

Des centaines d’étrangers, des Français, des Britanniques, mais aussi des Russes, sont sortis de l’ultime réduit de l’EI. Hier, l’épouse du jihadiste français Jean-Michel Clain a quitté la poche de l’EI, annonçant que son époux avait été tué en février, deux jours après son frère Fabien Clain, tué lui dans une frappe de la coalition internationale. « Le drone a tué mon beau-frère, et l’obus de mortier a tué mon mari », a déclaré Dorothée Maquere qui se trouvait dans une zone de rassemblement tenue par les FDS. Âgé de 38 ans, Jean-Michel Clain a été identifié comme le psalmodieur des Anashid – chants religieux – entendus dans le message audio revendiquant les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, qui ont fait 130 morts.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants