X

La Dernière

Non, vous ne vous marierez pas chez nous

Un peu plus
23/02/2019

Alors que la France est en plein débat sur l’écriture « Parent 1 – Parent 2 », que la France cherche à normaliser l’homoparentalité, que la France, pays des droits de l’homme, ouvre plus grandes les vannes de la liberté, au Liban, on parle encore d’un projet de mariage civil. Et les différents clergés auraient préféré ne pas en parler du tout. Ils sont contre. Parce que cela va à l’encontre de leurs préceptes religieux. Oui, mais surtout parce que cela va à l’encontre de leurs finances. On ne va pas se leurrer, comment s’en mettre plein les poches, si on ne va plus convoler chez eux ? Si on ne nous fera pas payer les Monseigneur et autres évêques. Si on ne nous fera pas payer chaque lustre qu’on allume, la location du salon pour un vin d’honneur. Niet. Pas de mariage civil. Vous continuerez à aller à Chypre, en Grèce, en France. Mais pas ici. On reconnaîtra ce mariage mais vous ne le contracterez pas ici.

Une fois de plus, les libertés publiques sont bafouées. Et, avec elles, nos droits les plus fondamentaux. Le droit de choisir surtout. De choisir comment s’unir à l’autre. Le droit de ne pas avoir à écouter des discours ridicules et des sermons culpibilisateurs sur les liens du mariage. Le droit de se séparer sans avoir à passer par toutes sortes d’humiliations. Le droit de divorcer dignement. Sans passer devant un tribunal religieux dont les membres attendent des révélations croustillantes. Parce que les communautés religieuses ont ce terrible droit de légiférer sur le statut personnel. Sur le mariage, le divorce, la garde des enfants, l’héritage.

Mais que savent-ils du mariage ? Du divorce ? Que savent-ils, perchés dans leur tour d’ivoire (et d’or) des conflits, des douleurs, des silences, des déchirures, des regrets et des remords ? Comment pourraient-ils connaître la souffrance des enfants, celle de leurs parents ? De la garde alternée? Du premier départ d’un petit garçon qui va passer le week-end chez son papa ? De son regard incrédule ?

Assis dans une salle à l’odeur d’une humidité qui réside là depuis des lustres, ils vous toisent. Vous jugent et vous jaugent. Et vous demandent pourquoi vous voulez vous séparer. Vos raisons ne les convainquent pas. Votre solitude, le manque de dialogue, les chemins différents que vous avez empruntés, la disparition de l’amour. Cela ne leur convient pas. Ce sont des « excuses psychologiques » irrecevables. Ils veulent du sordide. De la violence, de l’adultère. Ils veulent de l’obscène. Sinon, pourquoi divorcer ? Pourquoi ne pas rester dans un mariage qui a fini par pourrir et pourrir le reste? L’équilibre des enfants, celui du foyer. Ils vous montent l’un contre l’autre. Ne sont pas contents si c’est une décision prise d’un commun accord. Vous devez divorcer pour faute. Ils ne sont pas contents si vous réussissez mieux votre séparation que votre union. Si vous vous êtes entendus sur la pension, la garde. Si vous continuez à vous respecter. Si vous restez une famille malgré un bout de papier signé entre deux convocations. Parce qu’ils vous font attendre, poireauter. Et si vous alignez quelques milliers de dollars, ils comprendront peut-être que ça ne pouvait pas continuer comme ça.

Rien d’étonnant qu’ils s’opposent aujourd’hui à la proposition de la ministre de l’Intérieur, Raya el-Hassan. Qu’ils ne veulent pas désacraliser les liens du mariage. Qu’ils ne veulent pas abandonner leurs privilèges, leur droit de cuissage virtuel, leurs belles voitures et leurs demeures luxueuses. Ils se cachent derrière la religion. Leur religion. Une religion qui est censée unir, rassembler. La leur, les leurs, séparent. Elles mettent au banc de la société ceux qui s’opposent à eux. Ils s’offusquent qu’on ait pu même penser aborder le sujet.

Il faudra attendre des lustres encore pour que l’on vive en toute légalité et en toute tranquillité l’amour qu’on porte à quelqu’un du même sexe, de faire un enfant hors mariage. De faire un enfant seule. Heureusement qu’il y a des femmes qui s’indignent. Des femmes qui ouvrent la voie. Des femmes qui se battent. Et qui continueront à le faire jusqu’à ce que cette salle humide à l’odeur fétide ferme enfin ses portes.

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le point

Einstein avait dit que les humains ne survivront pas à la disparition des abeilles.

Les loups ne.......des moutons.

Hitti arlette

Elles mettent au ban de la société ...
Raya el Hassan ne semble pas aussi solide et déterminée qu'on le croyait puisque , depuis le refus du mufti de la recevoir pour débattre de la fameuse question du mariage civil, elle s'est murée dans un silence ,le moins qu'on puisse dire ,éloquent .Elle a probablement fait l'objet de menaces ou d'intimidations de la part de la rue ou même des plus hautes instances sunnites . Les prochains jours ne le diront .

Bustros Mitri

Entre le mariage civil et le shopping aux enfants , il y a long...
Oui au pacte civil .
Mutiler dès le départ le droit des enfants-à -naitre, offerts aux dévoiements d’un bazar socio-commercial , le tout enrobé de légalité, non !

Tina Chamoun

L'expression 'Voyage de noces" n'a jamais si bien porté son nom depuis que les mariages sont contractés à l'étranger. Cérémonie de mariage + lune de miel incluse, que demande de plus le peuple??

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AU LIBAN TOUS NOUS SAVONS QUE CA NE MARCHERA PAS A MOINS QU,IL Y AIT CANTONS ET FEDERATION... AUTREMENT LES REVEURS PEUVENT DORMIR SUR LEUR REVE !

Irene Said

Tellement bien décrit,
merci Madame Médéa Azouri !

Dans notre Liban:
religieux, politique, social, juridique...tout se vend, tout se paye !
Irène Saïd

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le califat est mort, vive le califat

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pompeo et les nuances entre le fond et la forme

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué