Rechercher
Rechercher

Culture

« Le Louvre Abou Dhabi n’est pas un Louvre bis »

Blaise Ducos, Lara Yeager-Crasselt et Souraya Noujaim entourant Thomas S. Kaplan.

La Libano-Française, Souraya Noujaim, est directrice scientifique du Louvre d’Abou Dhabi. Actuellement en charge des collections et des expositions temporaires, des questions muséographiques et également d’une unité en marche, consacrée à la recherche et au développement, elle rejoint le projet en 2013 en tant que conservatrice pour les arts de l’islam (ce qui est sa formation). À cette époque, elle pilotait également le commissariat des galeries d’art médiévales au sein du projet. Faisant partie de l’organisme de France Museums qui est le lien entre les musées français et le Louvre Abou Dhabi, elle en est nommée en 2017 directrice scientifique. Convaincue que pour vivre sur le long terme, une institution ou un musée doivent avoir une politique d’acquisition très active et une autre de recherches fondamentales, elle s’est donné le défi d’implanter une institution comme celle-ci au sein du monde arabe. Un monde ouvert d’Est en Ouest sur l’Inde, le monde asiatique et l’Europe. « Dans ce musée j’ai établi, dit-elle, une programmation d’expositions temporaires, saisonnières, précise Souraya Noujaim. Nous suivons ainsi le rythme scolaire ou universitaire. De septembre jusqu’à la fin du mois de juin ou de juillet. Dans ces expositions provisoires, on pousse encore plus loin les sujets développés dans le parcours permanent. » Quant à la politique d’acquisitions, nous recherchons des pièces, des chefs-d’œuvre ainsi que des pièces plus modestes, mais qui ont toujours une relation avec cette narration universelle. « Le musée du Louvre Abou Dhabi n’est pas un Louvre bis, mais un musée indépendant qui grandit dans le cadre d’un accord intergouvernemental entre les Émirats et la France », conclut sa directrice scientifique. « L’agence France Museums a été créée pour que les musées partenaires nous accompagnent dans la production des musées et fassent le lien entre tous ces protagonistes. C’est un musée universel qui raconte aux visiteurs cette longue histoire de l’humanité comme disait Charles Péguy, de la préhistoire jusqu’à nos jours, sous une approche globale et à travers la mise en regard des œuvres d’art. Nous proposons sur un même plateau et sur le même plan chronologique la création artistique. Le Louvre Abou Dhabi déroule ainsi sous le regard du visiteur les étapes fondamentales de l’histoire de l’art. »



La Libano-Française, Souraya Noujaim, est directrice scientifique du Louvre d’Abou Dhabi. Actuellement en charge des collections et des expositions temporaires, des questions muséographiques et également d’une unité en marche, consacrée à la recherche et au développement, elle rejoint le projet en 2013 en tant que conservatrice pour les arts de l’islam (ce qui est sa formation). À...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut