X

Dernières Infos

Une jeune Britannique de l'EI voulant rentrer au Royaume-Uni met au monde un bébé

AFP
17/02/2019

Une jeune Britannique qui avait rejoint le groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Syrie en 2015 et a annoncé son désir de rentrer au Royaume-Uni, a "donné naissance à un bébé", a annoncé dimanche sa famille, qui n'a toutefois pas eu de contact direct avec elle.
"Nous avons appris que Shamima avait donné naissance à son enfant, nous comprenons qu'elle et son bébé sont en bonne santé", a déclaré la famille de Shamima Begum dans un communiqué diffusé sur Twitter par son avocat, Mohammed Akunjee.

La famille a souligné qu'elle n'avait "aucun contact direct" avec la jeune femme de 19 ans, actuellement cantonnée dans un camp de réfugiés en Syrie, et qu'elle tentait encore de confirmer la nouvelle de la naissance.
Mohammed Akunjee a précisé à l'AFP que cette information avait été obtenue par l'intermédiaire d'un traducteur présent au camp de réfugiés d'Al-Hol, dans le nord-est de la Syrie, où se trouve Shamima Begum. Il a annoncé sur Twitter que le nouveau-né était "un garçon".

Shamima Begum avait confié jeudi, dans un entretien au quotidien The Times, son intention de revenir au Royaume-Uni, tout en n'exprimant aucun regret. "Je ferai tout ce qui est nécessaire pour pouvoir rentrer et vivre tranquillement avec mon enfant", avait-elle affirmé. Ses deux premiers bébés sont morts de maladie et de malnutrition.

Dimanche, le gouvernement britannique est apparu divisé sur la réponse à adresser aux ressortissants ayant rejoint l'EI et souhaitant désormais rentrer, alors que le président américain Donald Trump a appelé les pays européens, au premier rang desquels le Royaume-Uni, ainsi que la France et l'Allemagne, à les rapatrier et à les juger.

Le ministre britannique de l'Intérieur, Sajid Javid, a publié une tribune dans le Sunday Times intitulée "Si vous fuyez pour rejoindre l'Etat islamique, j'utiliserai tous mes pouvoirs pour vous empêcher de revenir". "Ma priorité est d'assurer la sécurité du pays - et je ne laisserai rien la compromettre", a-t-il affirmé. "Les décisions que nous pouvons prendre incluent d'interdire l'accès au Royaume-Uni à des non-Britanniques, ainsi que retirer la citoyenneté britannique à des individus dangereux". Il a néanmoins souligné que son ministère ne créerait pas d'apatrides. La convention de New-York du 30 août 1961, ratifiée par le Royaume-Uni, interdit la création d'apatrides.

Le ministre de la Culture, Jeremy Wright, ancien Attorney general (conseiller juridique du gouvernement), a souligné que Londres était "obligé" d'autoriser le retour des personnes n'ayant pas de double nationalité. "C'est une question de droit international", a-t-il déclaré à la BBC. "Mais le droit peut aussi obliger les citoyens à assumer la responsabilité de leurs actes". "Nous devons nous préoccuper de la santé de ce bébé", et de celle de Shamima Begum, a-t-il ajouté. "Mais elle devra répondre de ses actes".

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La lutte d’influence américano-russo-iranienne bat son plein

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué