Dernières Infos

Syrie : le chef des artilleurs français critique les opérations contre l'EI

AFP
15/02/2019

Le commandant des artilleurs français appuyant les forces kurdes contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie affirme que la victoire aurait pu être obtenue plus vite et avec moins de destructions si les Occidentaux avaient engagé des troupes au sol.

Le colonel François-Régis Legrier, qui commande depuis octobre le détachement d'artillerie français (Task Force Wagram) en Irak, se livre à ce constat cinglant dans un article de la Revue Défense nationale (RDN) qui fait grincer des dents à l'état-major des armées.

La dernière grande bataille contre l'EI, livrée de septembre à décembre dans la poche d'Hajine dans l'est de la Syrie, "a été gagnée mais de façon très poussive, à un coût exorbitant et au prix de nombreuses destructions", affirme l'officier.

Les jihadistes de l'EI ne tiennent plus désormais qu'une parcelle d'un kilomètre carré dans la province de Deir ez-Zor (est) tout près de la frontière irakienne. Et le président américain Donald Trump a assuré vendredi que des annonces interviendraient "dans les 24 heures" sur la fin du "califat" auto-proclamé.

"Certes, les Occidentaux, en refusant d'engager des troupes au sol, ont limité les risques et notamment celui d'avoir à s'expliquer devant l'opinion", relève le colonel Legrier. "Mais ce refus interroge : pourquoi entretenir une armée que l'on n'ose pas engager ?", poursuit l'officier, qui use d'une liberté de ton inédite pour un responsable militaire en opérations. Selon lui, 1.000 combattants aguerris auraient suffi à "régler en quelques semaines le sort de la poche d'Hajine et (à) épargner à la population plusieurs mois de guerre". Il aura fallu au total "près de cinq mois et une accumulation de destructions pour venir à bout de 2.000 combattants ne disposant ni d'appui aérien, ni de moyens de guerre électronique, ni de forces spéciales, ni de satellites", écrit-il encore.

La coalition internationale anti-EI sous commandement américain a essentiellement procédé à des opérations aériennes en appui des FDS, à l'exception de quelques forces spéciales au sol, notamment américaines et françaises.

"En l'espace de six mois, plusieurs milliers de bombes ont été déversées sur quelques dizaines de kilomètres carrés avec comme résultat principal la destruction des infrastructures" (hôpitaux, routes, ponts, habitations, etc.), insiste-t-il. La coalition a "renoncé à sa liberté d'action et perdu la maîtrise du tempo stratégique" en "sous-traitant" aux FDS la conduite des opérations au sol, affirme-t-il encore.

A l'état-major des armées, on juge "contestable le fond autant que la méthode" de l'officier qui doit achever sa mission en Irak fin février. "Ce n'est pas une question de liberté d'expression, c'est une question de devoir de réserve et de secret lié aux opérations", y souligne-t-on.

Le colonel Legrier a notamment reçu la visite de la ministre française des Armées Florence Parly le 9 février près de la frontière avec la Syrie.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Ces documents officiels qu’on griffonne encore à la main

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants