X

Moyen Orient et Monde

Benny Gantz, le rival potentiel de Netanyahu, lance sa campagne

Législatives en Israël
OLJ
30/01/2019

Benny Gantz, rival du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour les élections législatives du 9 avril, a lancé hier sa campagne en attaquant le chef du gouvernement sortant et en révélant enfin ses positions politiques.

Devant des milliers de partisans réunis à Tel-Aviv, le général à la retraite Benny Gantz, 59 ans, a pour la première fois révélé son programme électoral. Il a ainsi rejeté tout retrait du plateau du Golan annexé par Israël, de la vallée du Jourdain en Cisjordanie occupée, ou encore de Jérusalem-Est annexée, dont les Palestiniens veulent faire la capitale de l’État auquel ils aspirent. Il a aussi affirmé que s’il remporte le scrutin du 9 avril, il constituera un gouvernement qui fera « échec à tous les complots du président (Hassan) Rohani ». « Nous agirons sur le plan militaire dans tous les sens du terme, y compris en assenant des coups aussi douloureux que précis », a prévenu celui qui fut chef d’état-major de 2011 à 2015.

Depuis qu’il a fondé le parti Résilience pour Israël, Benny Gantz s’impose comme le plus sérieux challenger de l’insubmersible Netanyahu, qui a passé treize années au pouvoir, dont dix consécutives depuis mars 2009 après un premier mandat de 1996 à 1999.

Hier soir, alors que des commentateurs jugeaient probable qu’il accepte de servir de ministre de la Défense dans un éventuel nouveau gouvernement de M. Netanyahu, M. Gantz a semblé rejeter cette éventualité. « La simple idée qu’un Premier ministre puisse exercer le pouvoir alors qu’une inculpation est présentée contre lui me semble ridicule, cela n’arrivera pas », a-t-il déclaré. « Moi, j’ai les mains propres, je ne dois rien à personne et mon gouvernement fera preuve de zéro tolérance envers toute forme de corruption », a-t-il assuré.

Deuxième force ?

Benny Gantz, un parachutiste aux yeux clairs, mâchoire carrée et visage impassible ou indolent selon les points de vue, est l’un des personnages les plus éminents dans un pays confronté à de nombreuses menaces et où l’armée joue un rôle fédérateur. Hier soir, il a annoncé une alliance avec Moshe Yaalon, un ancien chef de l’armée et ex-ministre de la Défense, renforçant ainsi le volet sécuritaire de sa candidature.

Un sondage indiquait la semaine passée que le parti de M. Gantz pourrait devenir la deuxième force à la Knesset, le Parlement, avec 15 sièges sur 120, derrière le Likoud (droite) de M. Netanyahu, crédité de 31 sièges.

Selon des enquêtes d’opinion, M. Gantz est pour les Israéliens la deuxième personnalité la plus à même d’exercer les fonctions de chef de gouvernement. M. Netanyahu reste, selon des analystes politiques, le mieux placé pour former un gouvernement. Mais l’ombre d’une inculpation dans plusieurs affaires de corruption présumée plane sur sa campagne.

Prévue par la presse en février, une déclaration d’intention en ce sens du procureur général ne priverait pas le Likoud de la première place. Mais elle pourrait lui coûter des sièges, toujours selon des sondages, et remettre en cause la capacité de M. Netanyahu à former une majorité.

Aux yeux de nombreux Israéliens, les services de M. Gantz sous l’uniforme, bien connus de l’opinion, sont comme un résumé de l’histoire militaire nationale, des guerres du Liban à celles de Gaza, en passant par les soulèvements palestiniens. Avant son discours de mardi soir, M. Gantz avait ainsi surtout revendiqué ses faits d’armes de soldat, notamment dans des vidéos publiées la semaine dernière.

M. Netanyahu, sur son compte Twitter, a attaqué Benny Gantz en affirmant que ceux qui comme lui affirment qu’ils ne sont « ni de droite ni de gauche sont en fait de gauche ». Le ministre de l’Éducation Naftali Bennett a remis en cause les lettres de créance militaires de l’ancien chef d’état-major et l’a assimilé à la « gauche molle ».

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Notre vie avant et depuis la révolution

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants