Rechercher
Rechercher

Immobilier

Prêts subventionnés : l’ABL approuve le plan de relance proposé par la BDL

Le financement des prêts au logement sera assuré par une enveloppe de 200 millions de dollars. Quant aux prêts pour le secteur productif, ils disposeront d’une enveloppe de 500 millions de dollars.

Le marché immobilier libanais a été soutenu pendant des années par les subventions des intérêts des prêts au logement de la BDL. Jamal Saïdi/Reuters

L’Association des banques du Liban (ABL) a communiqué hier aux banques du pays une circulaire reprenant les grandes lignes du plan de relance de la Banque du Liban (BDL) pour la réactivation des mécanismes de prêts subventionnés au logement et au secteur de la production, annonçant approuver ce projet.

Dans le document publié par l’ABL à destination des présidents de conseil d’administration des banques libanaises, l’association indique avoir « approuvé les projets concernant les prêts au logement et à destination du secteur de production ». Le financement des prêts au logement sera assuré par une enveloppe de 200 millions de dollars, et le montant maximum qui pourra être reçu par les bénéficiaires sera de 450 millions de livres libanaises (300 000 dollars), 600 millions (450 000 dollars) pour les expatriés.

En ce qui concerne le secteur productif, l’enveloppe sera de 500 millions de dollars, précise la circulaire de l’ABL. Le document indique que le taux d’intérêt de ces prêts sera de 5,9 %, sans préciser si ce taux s’applique uniquement aux prêts au logement ou également à ceux du secteur productif.

Taux d’intérêt à 5,9 %

Le gouverneur de la BDL, Riad Salamé, avait indiqué la semaine dernière qu’il s’apprêtait à publier une nouvelle circulaire d’ici à deux semaines, concernant ce plan de relance. En septembre dernier, le gouverneur avait assuré que la BDL préparait une nouvelle enveloppe de prêts subventionnés pour le logement en 2019, sans donner de calendrier ni s’engager sur un montant.

Le marché immobilier a été soutenu pendant des années par les mécanismes de subvention des intérêts des prêts au logement de la BDL, un premier mécanisme qui permettait aux banques de mobiliser une partie de leurs réserves obligatoires pour financer des crédits ; et un second à travers lequel la BDL prêtait aux banques des fonds à taux réduits, pour qu’elles les réinjectent dans plusieurs secteurs, dont l’immobilier. Ces deux mécanismes permettaient entre autres de financer des prêts accordés via l’Établissement pour l’habitat (EPH), dont la mission est d’aider les ménages les plus modestes à acquérir un logement en aménageant le coût du crédit négocié auprès des banques. Il reste que leur suspension entre octobre 2017 et mars 2018 a provoqué une crise du secteur immobilier, matérialisée par une baisse du nombre de transactions immobilières (-17,7 % à fin novembre en rythme annuel pour 54 687 opérations, selon le cadastre) et des permis de construire. Le gel des dossiers à l’EPH a en outre donné une dimension sociale à cette crise, obligeant les responsables à tenter d’y remédier. Si le Parlement a accepté en 2018 de débloquer l’équivalent en livres de 66 millions de dollars dans le budget pour 2018 afin de subventionner les intérêts d’un nombre limité de prêts accordés via l’EPH, en attendant une solution définitive, les fonds n’ont toujours pas été employés, faute d’accord avec les banques.


L’Association des banques du Liban (ABL) a communiqué hier aux banques du pays une circulaire reprenant les grandes lignes du plan de relance de la Banque du Liban (BDL) pour la réactivation des mécanismes de prêts subventionnés au logement et au secteur de la production, annonçant approuver ce projet.

Dans le document publié par l’ABL à destination des présidents de...

commentaires (1)

UNE BONNE INITIATIVE !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

09 h 37, le 27 janvier 2019

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • UNE BONNE INITIATIVE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    09 h 37, le 27 janvier 2019