Dernières Infos

Damas annule les visas spéciaux des diplomates européens qui voyagent régulièrement entre Beyrouth et Damas

Reuters
22/01/2019

La Syrie a annulé les visas spéciaux dont bénéficiaient les diplomates et responsables de l'Union européenne qui voyagent régulièrement entre Beyrouth et Damas, compliquant la distribution de l'aide à la population syrienne, a-t-on appris mardi de sources diplomatiques européennes.

Depuis le début de la guerre en Syrie en 2011, les diplomates de l'UE utilisent la capitale libanaise comme base opérationnelle, la plupart des pays membres de l'Union ayant fermé leurs ambassades à Damas.

Début janvier, les autorités syriennes ont annulé sans explication les visas à entrées multiples dont disposaient ces diplomates européens pour se rendre dans la capitale syrienne.

A chaque fois, il faut désormais déposer une demande de visa pour une entrée unique, ce qui prend du temps, ont précisé des diplomates européens qui ont requis l'anonymat. En agissant ainsi, ajoutent-ils, la Syrie cherche probablement à forcer les gouvernements européens et l'Union à rouvrir leurs ambassades à Damas, alors que les forces de Bachar el-Assad, appuyées par la Russie, l'Iran et le Hezbollah libanais, ont repris le contrôle de la plus grande partie du pays. "C'est un grave problème pour l'aide humanitaire", a souligné l'un des diplomates.

Au total, la Commission européenne a livré jusqu'ici en Syrie pour près de 800 million d'euros de vivres, de médicaments et d'abris destinés à la population civile. L'UE "fait tout son possible pour réduire les conséquences des nouvelles mesures sur la livraison de l'aide humanitaire en Syrie", a dit un porte-parole de la Commission.

L'Union, qui a encore imposé des sanctions économiques lundi au gouvernement syrien, a souligné qu'elle ne changerait pas de politique tant qu'il n'y aura pas eu de transition politique en Syrie. "Jusqu'ici, l'UE est unie sur sa décision de ne pas traiter avec Assad mais celui-ci se sent aujourd'hui en position de force", constate un autre diplomate.

En décembre, les Emirats arabes unis ont rouvert leur ambassade à Damas et le président soudanais Omar el-Béchir a été le premier chef d'Etat arabe à se rendre dans la capitale syrienne depuis le début de la guerre. Pour sa part, la Ligue arabe discute d'une éventuelle levée de la suspension de la Syrie de l'organisation. Les dirigeants de la Ligue arabe et de l'UE tiendront un sommet de deux jours les 24 et 25 février au Caire.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Hariri à Washington : Chaque partie campe sur ses positions

Un peu plus de Médéa AZOURI

Nightlife(s) libanaise(s)

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants