X

Moyen Orient et Monde

La Syrie secouée par deux attentats et des frappes israéliennes

Conflit

Des explosions ont eu lieu à Damas et Afrine.

OLJ
21/01/2019

La Syrie a été secouée hier par deux attentats, le premier à Damas, contrôlée par le régime, avant l’explosion d’une bombe dans un bus à Afrine, ville du nord-ouest visée par une offensive turque contre les Kurdes il y a un an.

À Damas, un « terroriste » a fait détoner un « engin explosif » dans le sud de la capitale, sans faire de victime, a affirmé SANA, selon qui l’auteur présumé de cet attentat a été interpellé. « Il y a des personnes tuées et blessées mais nous n’avons pas encore pu vérifier le bilan exact », a de son côté déclaré le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane, ajoutant que l’explosion avait été « suivie de tirs ». Il s’agit de la première attaque dans la capitale syrienne en plus d’un an, selon l’ONG, qui dispose d’un vaste réseau de sources dans le pays. La télévision d’État avait initialement rapporté qu’une explosion avait été entendue près d’une autoroute dans le sud de la ville, faisant état de « premiers rapports suggérant un acte terroriste ». Le régime syrien a annoncé en mai 2018 contrôler « totalement » Damas et ses environs pour la première fois depuis 2012, après avoir chassé les jihadistes du groupe État islamique (EI) de leur dernier réduit dans la capitale.

Attentat à Afrine

Plus tard en matinée, c’est la ville de Afrine, contrôlée par des forces proturques dans la province d’Alep, qui a été le théâtre d’un attentat. « Trois civils ont été tués et neuf autres personnes, dont des combattants, blessées lorsqu’un engin piégé a explosé dans un bus », a indiqué l’OSDH. Cette ville a déjà été le théâtre d’un attentat le 16 décembre ayant fait au moins neuf morts, dont cinq civils. Cette nouvelle attaque coïncide avec la date anniversaire du lancement d’une offensive turque contre cette région syrienne à majorité kurde. Après le lancement de cette offensive meurtrière, Afrine a été prise en mars par l’armée turque et ses supplétifs syriens, qui en ont chassé les Unités de protection du peuple (YPG), principale milice kurde en Syrie.

Ankara considère cette milice comme un groupe terroriste émanant du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qui livre une sanglante guérilla sur le sol turc depuis 1984. La Turquie a menacé à plusieurs reprises de lancer une nouvelle offensive contre les YPG. L’attentat dans le bus a eu lieu alors que des milliers d’habitants kurdes de Qamichli ont manifesté hier pour dénoncer « l’occupation turque » de Afrine, un an après le lancement de l’offensive d’Ankara. « Nous ne laisserons pas notre terre à Erdogan », a lancé Amin Mohammad, un manifestant, en référence au président turc Recep Tayyip Erdogan. Dans un communiqué, les YPG se sont engagées à poursuivre la « lutte » en vue de la libération de Afrine « de la puissance occupante ». « Ils n’arriveront jamais à nous dissuader de poursuivre notre combat à Afrine », a rétorqué M. Erdogan lors d’une conférence téléphonique avec des militaires turcs ayant participé à l’offensive l’an dernier.

Destruction de roquettes israéliennes

Déclenché en 2011 par la répression sanglante de manifestations prodémocratie par le régime, le conflit syrien s’est complexifié au fil des ans avec l’implication de puissances régionales et étrangères et de groupes jihadistes, sur un territoire morcelé. Il a fait plus de 360 000 morts, des millions de déplacés et de réfugiés, et a bousculé l’équilibre géopolitique régional.

Pays voisin inquiet du soutien iranien au régime de Bachar el-Assad, Israël a mené hier un nouveau raid aérien en Syrie, selon des médias officiels syriens et la Russie, alliée de M. Assad. Selon l’armée russe, « quatre avions F-16 des forces armées israéliennes ont tiré des roquettes sur le territoire syrien ». Dans ce communiqué, Moscou fait état de la destruction de « sept roquettes israéliennes » par la défense antiaérienne syrienne.

L’armée israélienne a déjà frappé à de multiples reprises ces dernières années des cibles de l’Iran et de son allié le Hezbollah en Syrie, qui soutiennent militairement le régime Assad. « Nous avons une politique bien établie : saper l’enracinement de l’Iran en Syrie et nuire à quiconque tente de nous nuire », a déclaré hier aux journalistes le Premier ministre Benjamin Netanyahu, lors d’un déplacement au Tchad. Dimanche dernier, M. Netanyahu avait reconnu que l’aviation israélienne avait effectué deux jours plus tôt un raid contre des « entrepôts d’armes » iraniens dans l’enceinte de l’Aéroport international de Damas, une rare confirmation de la part d’un responsable israélien. L’armée israélienne a par ailleurs annoncé hier avoir intercepté une roquette tirée de Syrie, sans donner d’autres précisions.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants