X

Dernières Infos

Syrie : l'alliance arabo-kurde progresse dans l'ultime fief jihadiste de l'est

AFP
06/12/2018

Des responsables des forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde soutenue par les Etats-Unis, ont affirmé jeudi avoir progressé dans la principale localité de l'ultime poche du groupe Etat islamique (EI) en Syrie.

Les FDS et la coalition internationale anti-EI ont lancé le 10 septembre la dernière phase de l'opération amorcée en mai pour déloger les jihadistes de ce réduit situé à l'est du fleuve Euphrate, dans la province de Deir ez-Zor (est) frontalière de l'Irak. Mais, depuis plus de deux mois, l'EI résiste farouchement.
"De violents combats ont eu lieu à l'intérieur de la localité de Hajine après l'avancée de nos forces, qui contrôlent désormais quelques uns de ses quartiers", a indiqué à l'AFP un commandant des FDS, Redur Khalil, soulignant que la bataille se poursuivait "de manière acharnée". Les FDS ont ouvert des "couloirs humanitaires et ont réussi à libérer plus de 1.000 civils, majoritairement des femmes et des enfants, au cours des derniers jours", a poursuivi M. Khalil. 

Cette avancée en territoire jihadiste a eu lieu à l'issue d'une "offensive d'envergure menée il y a deux jours" par les FDS, a indiqué de son côté à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.
Les combats au sol ont été accompagnés de raids aériens et de tirs d'artillerie menés par la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis.
"Il s'agit des bombardements les plus intenses depuis le début de (la dernière phase de) l'opération" en septembre, a précisé M. Abdel Rahmane. Il a confirmé que des dizaines de familles avaient pu fuir, par vagues successives, la localité contrôlée par les jihadistes.

Le mois dernier, l'EI a mené une série de contre-attaques meurtrières, à la faveur des mauvaises conditions climatiques, poussant les FDS à battre en retraite. L'une des contre-offensives s'était soldée par la mort de 92 combattants des FDS.
Depuis le 10 septembre, 827 jihadistes ont péri dans les combats, contre 481 membres des FDS et 308 civils, dont 107 enfants, selon l'OSDH.

"La libération de Hajine ne signifie pas la fin de l'EI", qui mute généralement en "cellules dormantes ici et là" après la perte d'un territoire, a averti M. Khalil. "Sa traque se poursuivra longtemps encore", a-t-il insisté.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué