Dernières Infos

Un homme tué par un avion au décollage à Moscou

AFP
21/11/2018

Un homme a été tué mardi soir sur le tarmac de l'aéroport moscovite de Cheremetievo par un avion en train de décoller, ont annoncé mercredi les forces de l'ordre russes sans expliquer comment la victime s'est retrouvée sur une piste du premier hub aérien de Russie.

L'homme de 25 ans a été percuté "par l'une des roues" d'un Boeing 737 qui "l'a mortellement blessé pendant son décollage", a affirmé sur son compte Twitter le comité d'enquête russe.

Les faits ont eu lieu à l'aéroport de Cheremetievo, le premier aéroport du pays, vers 20h00 (17h00 GMT) mardi soir. L'avion impliqué, qui appartenait à la compagnie russe Aeroflot, n'a pas interrompu son vol en direction d'Athènes.

Dans une vidéo filmée sur place et diffusée sur Twitter, les enquêteurs russes ont affirmé avoir retrouvé des morceaux de la veste de l'individu et de ses lacets.

L'ambassade d'Arménie en Russie a indiqué que la victime était un citoyen arménien né en 1993.

Les raisons pour lesquelles il se trouvait sur le tarmac de l'aéroport ne sont pas connues mais, selon des sources citées par les agences de presse russes, il était en escale à Moscou et arrivait d'Espagne d'où il avait été expulsé.

L'homme aurait été escorté par la police jusqu'à sa porte d'embarquement. Il ne serait toutefois pas monté dans le bus menant à son vol, précisent ces sources.

L'aéroport de Cheremetievo n'a pas commenté l'accident. Une source, citée par l'agence Interfax, a affirmé que les services aéroportuaires et la police d'Athènes avaient trouvé des "trous" sur le fuselage de l'avion après son atterrissage.

Aeroflot a indiqué que plusieurs vols avaient été retardés après la "fermeture" de l'une des pistes de l'aéroport de Cheremetievo.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué