Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Iles Kouriles : pas d'accord sur un "retour automatique", selon le Kremlin

Le Kremlin a réfuté dimanche tout "accord séparé" prévoyant un "retour automatique" d'une partie des îles Kouriles sous contrôle russe mais réclamées par le Japon, un différend que les dirigeants des deux pays ont annoncé jeudi vouloir rediscuter.

"Ces dernières jours, nous avons entendu un grand nombre de raisonnements et de spéculations politiques disant qu'il existait un espèce d'accord séparé sur le transfert des îles et ainsi de suite. Ce n'est pas le cas, et ne peut l'être ainsi", a affirmé dimanche à la télévision russe le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, cité par l'agence TASS.

Jeudi, le président russe Vladimir Poutine et le Premier ministre japonais Shinzo Abe ont convenu à Singapour d'accélérer les pourparlers pour mettre fin officiellement au conflit les opposant depuis 1945. Dans cette optique, ils ont annoncé vouloir remettre sur la table une déclaration commune datant de 1956 et se pencher sur le sort de quatre îles disputées.

"Peut-on dire que cela [cette relance des négociations] signifie un retour automatique de certains territoires ? Certainement pas", a ajouté Dmitri Peskov.

Un différend autour de quatre îles volcaniques de l'océan pacifique -- appelées les Kouriles du Sud par la Russie et les Territoires du Nord par le Japon -- a été jusqu'à présent le principal obstacle à la signature d'un traité de paix entre les deux pays.

Tokyo considère officiellement ces quatre îles annexées par l'URSS lors du conflit de 1945 comme "une partie inhérente du territoire du Japon".

Or, la déclaration de 1956 ne mentionne que le retour de deux des quatre îles une fois la paix signée. Ce texte avait été annulé par l'URSS en 1960 après la signature d'un traité de coopération entre Tokyo et Washington.

Le porte-parole de la diplomatie japonaise a annoncé jeudi que Shinzo Abe devrait se rendre en Russie "au début de l'année prochaine" pour poursuivre les négociations.


Le Kremlin a réfuté dimanche tout "accord séparé" prévoyant un "retour automatique" d'une partie des îles Kouriles sous contrôle russe mais réclamées par le Japon, un différend que les dirigeants des deux pays ont annoncé jeudi vouloir rediscuter.

"Ces dernières jours, nous avons entendu un grand nombre de raisonnements et de spéculations politiques disant qu'il...