Dernières Infos

Washington vote contre une résolution de l'ONU condamnant Israël sur le Golan

AFP
16/11/2018

Les Etats-Unis ont voté vendredi contre une résolution annuelle de l'ONU condamnant l'occupation par Israël du plateau syrien du Golan, une première pour Washington qui s'abstenait d'habitude dans cette procédure.

Cette résolution, présentée chaque année, n'est pas contraignante. Elle a été adoptée par l'Assemblée générale des Nations unies par 151 voix contre 2. Les Etats-Unis et Israël sont les deux seuls pays à avoir voté contre. Quatorze pays se sont abstenus.

L'ambassadrice américaine aux Nations unies Nikki Haley a qualifié la résolution d'"inutile", "avec un préjugé flagrant anti-Israël".

"De plus, les atrocités commises par le régime syrien prouvent son incapacité à gouverner qui que ce soit. L'influence destructrice du régime iranien à l'intérieur de la Syrie représente des menaces majeures à la sécurité internationale", a-t-elle déclaré.

Israël s'est emparé en 1967 de la majeure partie du Golan et l'a annexée en 1981. Cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale. Israël et la Syrie restent théoriquement en état de guerre.

La résolution de l'ONU qualifie la décision de l'Etat hébreu d'annexer le Golan de "nulle et non avenue".

L'ambassadeur israélien aux Nations unies Danny Danon a applaudi la nouvelle position américaine sur le Golan, "un autre témoignage de la forte coopération entre nos pays", selon lui.

Sous Donald Trump, les Etats-Unis ont adopté une politique pro-israélienne renforcée, notamment en reconnaissant Jérusalem comme la capitale d'Israël.

L'ambassadeur des Etats-Unis en Israël David Friedman a déclaré à la presse israélienne en septembre qu'il ne pouvait pas imaginer que le plateau du Golan ne reste pas sous souveraineté israélienne "pour l'éternité".

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué