Rechercher
Rechercher

Économie - Développement

L’Unrwa en passe de compenser la perte du budget américain

L’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) a presque réussi à surmonter la crise financière provoquée par le retrait des États-Unis, a déclaré hier son chef Pierre Krahenbuhl. L’agence avait prévu un budget de 1,2 milliard de dollars pour 2018, mais s’était retrouvée face à un trou de 446 millions de dollars après la décision du président Donald Trump. L’Unrwa a alors demandé le soutien des membres de l’ONU et a collecté 382 millions de dollars supplémentaires, ce qui laisse un déficit pour l’année de 64 millions de dollars, a expliqué M. Krahenbuhl lors d’une conférence de presse à Genève. Il a ajouté qu’il espérait réduire ce déficit dans les prochaines semaines. Il a remercié l’Union européenne et quatre États du Golfe pour leur soutien. Le Koweït, le Qatar, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ont ajouté chacun 50 millions de dollars à leur contribution, a-t-il indiqué. Les États-Unis ont traditionnellement été le plus gros contributeur de l’agence, mais M. Trump a dénoncé la façon dont l’Unrwa opère et dont elle calcule le nombre de réfugiés. L’agence fournit de l’aide aux Palestiniens qui ont été chassés de chez eux ou qui ont fui lors de la guerre de 1948, à la création d’Israël, ainsi qu’à leurs descendants. Israël et les États-Unis s’opposent au fait que les Palestiniens puissent transmettre le statut de réfugié à leurs enfants, souhaitant réduire le nombre de personnes bénéficiant d’une aide de l’Unrwa.


L’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa) a presque réussi à surmonter la crise financière provoquée par le retrait des États-Unis, a déclaré hier son chef Pierre Krahenbuhl. L’agence avait prévu un budget de 1,2 milliard de dollars pour 2018, mais s’était retrouvée face à un trou de 446 millions de dollars après la décision du président Donald Trump....
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut