Liban

Les avocats éliront dimanche quatre membres du conseil de l’ordre

Barreau de Beyrouth

L’absence de polarisation politique favorise le chassé-croisé des soutiens partisans.

Claude ASSAF | OLJ
16/11/2018

Quatre nouveaux membres du conseil de l’ordre des avocats de Beyrouth et un membre suppléant seront élus pour un mandat de trois ans, dimanche 18 novembre, par l’assemblée générale des avocats, à laquelle devraient participer près de 4 000 électeurs.

Les quatorze postulants en lice sont Berthe Abi Rached, Gilbert Abou Abboud, Arlette Bejjani, Élias Bazerli, Élie Hachache, Fadi Haddad, Hussein Jaber, Rachid Kabbani, Jamil Kambris, Saadeddine Khatib, Imad Martinos, Gilbert Massihi, Assaad Saïd et Youssef Zeaïter. Les sortants sont Jamil Kambris, Assaad Saïd, Pierre Hanna et Zaher Azoury.

Parmi les quatre sortants, MM. Kambris et Saïd postulent à nouveau, le règlement du conseil de l’ordre permettant de remplir deux mandats successifs. Jamil Kambris vient d’achever un mandat de trois ans, tandis que Assaad Saïd, élu membre suppléant en 2015, ne siège au conseil que depuis l’an dernier, après que l’ancien bâtonnier Antonio Hachem, élu en 2015 pour deux ans à la tête de l’ordre mais pour trois ans comme membre, a démissionné en sa faveur.

Contacté par L’Orient-Le Jour, Nader Gaspard, ancien membre du conseil de l’ordre et ancien candidat au bâtonnat, estime que « la bataille sera âpre, d’autant que la bipolarisation entre 14 et 8 Mars n’existe plus et que plusieurs des candidats sont soutenus à force égale par différents partis en même temps que par des avocats indépendants ».

Pour sa part, un avocat ayant requis l’anonymat, établit pour L’OLJ un pronostic de l’échéance électorale. Il estime qu’au moins la moitié des quatorze participants sont au coude à coude. Il s’agit, dit-il, de Fadi Haddad, candidat du Courant patriotique libre, qui bénéficie, outre du soutien de son parti, de celui du mouvement Amal. Un deuxième candidat disposant de fortes probabilités de victoire, est Élie Bazerli, indépendant : outre de nombreux avocats non partisans qui désirent lui accorder leur voix, le courant aouniste lui a déclaré son appui. Quant à Assaad Saïd, candidat chiite appuyé par Amal, il peut compter aussi sur les électeurs indépendants ainsi que sur le CPL, qui a promis officiellement de le soutenir.

L’avocat joint par L’OLJ estime par ailleurs que le candidat du courant du Futur Jamil Kambris (sunnite), appuyé par les Kataëb, est en forte position. Le parti de Samy Gemayel soutient également Élie Hachache, candidat des Forces libanaises, et Imad Martinos, indépendant. « Tout comme MM. Bazerli et Saïd, Imad Martinos jouit de nombreuses sympathies auprès des électeurs non affiliés à des partis », indique l’avocat, estimant que « le candidat FL, Élie Hachache, pourrait se frayer un chemin, d’autant que son parti pourrait, ce soir ou dans la nuit de samedi à dimanche, mener in extremis des contacts auprès de candidats qui ne bénéficient pas de fortes chances de gagner, afin de les convaincre de procéder à des échanges de voix ». Un autre candidat soutenu par les FL et des indépendants aurait également le vent en poupe. Il s’agit de Gilbert Massihi.

À noter par ailleurs que la section des avocats au sein du Parti national libéral a publié hier en soirée un communiqué dans lequel elle annonce son appui à Jamil Kambris (Futur), Élie Hachache (FL), Élie Bazerli et Imad Martinos (indépendants). « Le PNL a pris cette décision après que Gilbert Abou Abboud, affilié au parti, se soit porté candidat sans se concerter avec ses confrères partisans, ce qui a provoqué leur ire et la démission de M. Abou Abboud du PNL », affirme à L’OLJ l’avocat informé, indiquant que ce dernier a assuré qu’il avait pourtant mis au fait de sa candidature Dory Chamoun, chef du PNL.

Notons que l’assemblée générale des avocats devra également élire cinq membres de la commission de la Caisse des retraités. Les candidats à ces postes sont Saad Renno, Saïd Alamé, Joseph Sfeir, Nayef Diab, Boutros Sfeir, Fouad Matar, Simon Tawil, Raymond Jamhouri, Haykal Dargham, Maurice Diab, Youssef Khatib, Souad Cheaib, Tony Hourani et Melhem Kanso.


Lire aussi

Les avocats accusent des magistrats de porter atteinte à la dignité de leur profession

Pour que les avocats exercent leur fonction dans la dignité et l’efficacité


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants