X

Moyen Orient et Monde

En pleine campagne, Trump veut mettre fin au droit du sol

États-Unis
OLJ
31/10/2018

À une semaine d’élections législatives cruciales pour la suite de son mandat, le président des États-Unis Donald Trump a annoncé vouloir mettre fin, par décret, au droit du sol qui stipule que tout enfant né sur le territoire américain a la nationalité américaine. Cette proposition, formulée au lendemain de l’annonce de l’envoi de plus de 5 000 militaires à la frontière mexicaine, s’inscrit dans une série de déclarations du magnat de l’immobilier visant à placer l’immigration au cœur du débat politique.

D’un tweet, il a agité cette semaine le spectre d’une « invasion » de migrants en évoquant la progression d’une caravane de migrants centraméricains fuyant la violence dans leurs pays. Dans un entretien à Axios publié hier, Donald Trump assure envisager de signer un décret pour que les enfants nés sur le sol américain de parents en situation irrégulière ne bénéficient plus de la nationalité américaine.

La remise en cause, par décret présidentiel, de ce principe inscrit dans le 14e amendement de la Constitution, devrait cependant se heurter à des obstacles juridiques majeurs, nombre d’experts estimant que le président ne peut prendre une telle décision.

« Nous sommes le seul pays au monde où, si une personne arrive et a un bébé, le bébé est citoyen des États-Unis... avec tous les avantages », affirme Donald

Trump dans cet entretien télévisé. « C’est ridicule, c’est ridicule, il faut que cela cesse. » L’affirmation est inexacte : plusieurs autres pays, dont le Canada, pays frontalier des États-Unis, accordent également la nationalité à une personne née sur son sol, même si ses parents sont en situation irrégulière. « On m’avait toujours dit que vous aviez besoin d’un amendement constitutionnel. Vous savez quoi ? Ce n’est pas le cas », avance le président américain au cours de l’entretien. « C’est en cours. Cela va se faire, avec un décret », ajoute-t-il, sans cependant donner la moindre indication de calendrier ni de précisions sur l’état d’avancement de ce projet. Pour Laurence Tribe, professeur de droit constitutionnel à l’Université de Harvard, ce projet de décret est tout simplement une aberration. « Si le droit du sol garanti par le 14e amendement pouvait être effacé d’un trait de plume par Trump, alors la Constitution dans son ensemble pourrait être effacée de la même manière », a-t-il tweeté.

Projet de loi ?

À plusieurs reprises, des élus républicains ont tenté, sans succès, de remettre en cause ce principe, et le débat refait régulièrement surface sur l’aile droite du « Grand Old Party ». Le sénateur républicain Lindsey Graham a salué hier avec force l’annonce de Donald Trump. « Enfin, un président est prêt à s’attaquer à cette politique absurde », jugeant qu’elle agissait comme un « aimant pour l’immigration illégale ». Soulignant que les États-Unis étaient « l’un des deux pays développés au monde » à accorder la nationalité sur la base du lieu de naissance, il a annoncé qu’il envisageait de présenter un projet de loi allant dans le même sens que le décret évoqué par le président.

Donald Trump, qui multiplie actuellement les déclarations sur le thème de l’immigration, a affirmé lundi soir sur Fox News vouloir construire « des villes de tentes » à la frontière avec le Mexique. Les migrants « devront attendre, et s’ils n’obtiennent pas l’asile, ils s’en vont », a-t-il lancé. L’ACLU, puissante organisation de défense des libertés civiques, a par ailleurs dénoncé l’envoi de troupes à la frontière, dénonçant la volonté de M. Trump de « forcer l’armée à promouvoir son programme anti-immigration et de division ». Les Américains sont appelés aux urnes dans une semaine pour la première fois depuis l’élection de Donald Trump à la Maison-Blanche le 6 novembre 2016. En jeu : tous les sièges de la Chambre des représentants, un tiers de ceux du Sénat ainsi que les postes de gouverneurs dans une trentaine d’États. Les républicains, aujourd’hui aux commandes du Congrès, jouent gros. Si un basculement du Sénat semble a priori peu probable, les sondages dessinent une victoire des démocrates à la Chambre des représentants.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Alors là s'il nous sort une loi de ce type avec force RETROACTIVE depuis 1492 ou disons 1776 , son aieul et grand aieul en serait déchu , le pauvre clown , hahahahahah .....

Les seuls à pouvoir prétendre l'avoir serait ce pauvre peuple indien massacré dans un génocide atroce .

Tous les Buffalo bill seraient apatrides hahahahah , je suis écroulé de rire .

NAUFAL SORAYA

Il a tout à fait raison... C'est un comble pour des parents entrés illégalement ou même en tant que touristes, que leurs enfants, nés aux USA (ou, le cas échéant, dans n'importe quel autre pays) puissent en obtenir la nationalité aussi facilement... Quand on pense qu'on exige des personnes entrées légalement des années de résidence avant de la leur octroyer...

Cette politique de toujours plaider en faveur de l'immigration clandestine est complètement absurde... Oui, il est temps que ça cesse!

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants