Rechercher
Rechercher

Dernières Infos

Syrie: combats entre jihadistes et rebelles dans la future "zone démilitarisée"

Le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS), dominé par l'ex-branche d'el-Qaëda, et une coalition de groupes rebelles se livrent à de violents affrontements, faisant au moins 13 morts dans le nord-ouest de la Syrie, a indiqué mardi une ONG.

"Des combats intenses se poursuivent depuis lundi. Ils ont fait 13 morts en 24 heures, dont sept jihadistes de HTS", a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). "Les combats ont lieu dans une partie de la (future) zone démilitarisée se situant dans la province d'Alep", voisine de celle d'Idleb, a précisé M. Abdel Rahmane, faisant état "d'une avancée des jihadistes" sur le terrain. Ce regain de violence entre jihadistes et rebelles intervient quelques jours après des heurts violents entre les forces du régime et les insurgés dans la future "zone démilitarisée".

Fruit d'un accord entre Moscou et Ankara le 17 septembre, cette "zone démilitarisée" doit servir de zone tampon entre les territoires insurgés d'Idleb et ceux tenus par le régime tout autour. Large de 15 à 20 km, en forme de fer à cheval, elle inclut aussi des parties de la région voisine d'Alep, ainsi que des provinces de Hama et Lattaquié.

Après l'expiration d'une date-butoir pour le départ des jihadistes de cette zone, la Russie et la Turquie leur ont donné un nouveau délai, estimant que l'accord restait en vigueur. La première échéance, qui concernait le retrait des armes lourdes des rebelles et jihadistes, a été respectée.

HTS et d'autres groupes jihadistes dominent plus de la moitié d'Idleb et de ses environs --et 70% de la zone démilitarisée--, tandis que le reste est essentiellement sous contrôle du Front national de libération (FNL), une coalition de groupes rebelles pro-Ankara. Les deux formations sont à couteaux tirés depuis plusieurs mois: affrontements, attentats et incidents sécuritaires ponctuent la vie des civils dans cette zone où la Turquie tente de contenir l'influence des jihadistes, notamment après l'accord avec Moscou.

Depuis son début en 2011, le conflit a fait plus de 360.000 morts en Syrie et poussé sur les routes de l'exil des millions de civils.

Le groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS), dominé par l'ex-branche d'el-Qaëda, et une coalition de groupes rebelles se livrent à de violents affrontements, faisant au moins 13 morts dans le nord-ouest de la Syrie, a indiqué mardi une ONG."Des combats intenses se poursuivent depuis lundi. Ils ont fait 13 morts en 24 heures, dont sept jihadistes de HTS", a indiqué à l'AFP Rami Abdel...