X

Dernières Infos

Washington rétrograde sa représentation auprès des Palestiniens à Jérusalem

AFP
18/10/2018

Les Etats-Unis vont incorporer leur consulat général, qui fait office de représentation diplomatique auprès des Palestiniens à Jérusalem, à leur ambassade en Israël nouvellement installée dans la Ville sainte, rétrogradant ainsi leur niveau de représentation auprès des Palestiniens. Cette annonce a été faite jeudi par le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo. Les Palestiniens ont immédiatement assimilé cette décision à la fermeture du consulat général, représentation diplomatique directe et spécifique, et ont dénoncé un acte "idéologique" en faveur d'Israël.

Dans un contexte de dégradation continue des relations avec l'administration du président américain Donald Trump, l'annonce de M. Pompeo est un camouflet de plus pour les Palestiniens. Les Etats-Unis disposaient à ce jour à Jérusalem de leur ambassade en Israël depuis le transfert controversé de celle-ci de Tel-Aviv en mai, ainsi que d'un consulat général tenant lieu de représentation auprès des Palestiniens. Les Etats-Unis seront l'une des seules grandes puissances à ne pas avoir une telle représentation auprès des Palestiniens.

M. Pompeo a indiqué que le consulat général serait remplacé par une nouvelle Unité des affaires palestiniennes, au sein de l'ambassade. Un officiel du département d'Etat a indiqué sous couvert d'anonymat que le poste de consul général serait "éliminé" et que la titulaire actuelle devrait rentrer à Washington.

"Après l'ouverture le 14 mai de l'ambassade américaine en Israël à Jérusalem, nous prévoyons d'avoir un rendement significatif et d'augmenter notre efficacité" grâce à la fusion, a indiqué M. Pompeo dans un communiqué. Cette décision "n'est pas le signal d'un changement de la politique américaine concernant Jerusalem, la Cisjordanie ou la bande de Gaza", a souligné le chef de la diplomatie américaine. Il a affirmé que les Etats-Unis continuaient "à ne pas prendre position sur les questions du statut final (de Jérusalem), y compris les frontières". "Les frontières spécifiques de la souveraineté israélienne sur Jérusalem font l'objet de négociations sur le statut final entre les parties" israéliennes et palestiniennes, a rappelé M. Pompeo.

"La décision américaine consistant à mettre fin à l'existence du consulat américain n'a rien à voir avec un souci d'efficacité, et tout à voir avec la volonté de flatter une équipe américaine idéologique (résolue à) récompenser les violations des droits et les crimes israéliens", a réagi le numéro deux de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), Saëb Erakat. "L'administration américaine a adhéré totalement au discours israélien sur Jérusalem et la question des réfugiés et des colonies", a-t-il ajouté. "Les Etats-Unis ne peuvent jouer aucun rôle dans l'effort de paix" entre Palestiniens et Israéliens, a-t-il dit.

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas a gelé les relations avec l'administration Trump depuis que le président américain a annoncé en décembre 2017 la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, rompant avec des décennies de diplomatie américaine et de consensus international. Les Palestiniens revendiquent Jérusalem-Est, annexée par Israël et considéré comme territoire occupé par l'ONU, pour capitale de l'Etat auquel ils aspirent. Israël proclame tout Jérusalem sa capitale "indivisible". Le statut de Jérusalem est l'une des questions les plus épineuses en vue d'un règlement du conflit israélo-palestinien, qui paraît de plus en plus éloigné.

Depuis décembre 2017, les Etats-Unis sont passés outre à la réprobation internationale et ont transféré leur ambassade en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem, une inauguration qui a coïncidé avec un bain de sang dans le territoire palestinien de la bande de Gaza. Le gouvernement américain a annoncé en septembre la fermeture de la mission diplomatique palestinienne à Washington, accusant les dirigeants palestiniens de refuser de parler avec l'administration Trump et d'engager des négociations de paix avec Israël sous l'égide des Etats-Unis. Washington a également annoncé la fin de son aide financière bilatérale ainsi que ses contributions à l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA).

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué