X

Culture

Aznavour et le Liban : trois fois vingt ans...

Souvenirs
02/10/2018

- « Alors Charles, ça va ?
- J’irai mieux demain. »
C’est ainsi que Charles Aznavour a retrouvé son beau-frère et compositeur Georges Garvarentz, le 27 mars 1970, dans un appartement de l’hôtel Phoenicia, accompagné de sa sœur Aida. Il retrouvait Beyrouth pour la 7e fois en 15 ans pour un concert au Théâtre du Liban. « Les événements à Beyrouth ? J’ai pris l’habitude d’ignorer les événements. Et puis, à l’étranger, on grossit toujours les événements », disait-il à Édouard George de L’Orient.

En 1971, Toros Siranossian, qui a organisé sa tournée au Liban, affirmait à L’Orient Le Jour : « Pour moi, c’est l’affaire la plus prestigieuse et le contrat le plus cher que j’aie jamais signé depuis que j’ai commencé à travailler dans le spectacle en 1953. Cette tournée au Liban m’a coûté 120 000 LL. Mais cela en vaut la peine puisque tous les journaux français et l’ORTF, qui viendra couvrir l’événement, en parleront. C’est une publicité de plus pour notre pays. »


(Lire aussi : Les chansons "For me...formidables" de Charles Aznavour)


Aznavour devait revenir en 1974, mais la situation trouble du pays en décidera autrement. Ce n’est qu’en 1977 qu’il foulera à nouveau la scène libanaise. Première grande vedette à venir après le début de la guerre, il tient une conférence de presse à l’hôtel Royal Garden et réaffirme devant un parterre de journalistes qu’il fait un travail de photographe. « Je regarde autour de moi et je raconte des histoires de tous les jours à des gens de tous les jours. » Il est détendu, souriant, « à l’opposé d’une image de supervedette capricieuse », écrira Marie-Thérèse Arbid dans L’Orient-Le Jour du 16 juin 1977. La journaliste l’accompagnera au bistrot Chez André où il retrouvera de nombreux amis et s’épanchera, dans une discussion à bâtons rompus, sur l’importance de la famille, sur l’écriture des chansons et sur les… chauffards libanais. « Il y a 15 ans, un chauffeur de taxi a poussé la délicatesse jusqu’à arrêter sa voiture sur les escaliers du Normandy où je logeais. »

Le lendemain, à Byblos, dans le cadre du VIe Festival international de la chanson, c’est avec les paroles « Le temps qui va, le temps des autres… » qu’il a attaqué un public totalement acquis d’avance.

Un public qui lui avait réservé un triomphe à chacun de ses passages au Liban : dans les années 50 au Kit-Kat et au cinéma Dunia, alors que le Liban vivait son âge d’or ; en 1971, au Casino du Liban (devant « 500 dîneurs difficiles à dégeler », comme le note la presse) et à Deir el-Qalaa (3 000 personnes en délire) avant que le Liban ne bascule dans l’horreur totale.


(Lire aussi : Il s’appelait Shanourh Varenagh Aznavourian...)


Après Byblos en 1977, où il se faisait un plaisir de déguster le poisson servi au restaurant de son ami Pépé Abed, il charmera les spectateurs du collège Mont la Salle en 1992 et par la suite lors d’un grand concert à Baalbeck en 1999 et un autre au Forum de Beyrouth en 2001, année où l’État libanais lui accorde les insignes de l’ordre national du Cèdre, grade de commandeur, en hommage à sa carrière artistique.

En 2009, lors de son passage au Festival de Beiteddine, Charles Aznavour est décoré de l’ordre du Mérite libanais. En 2012, il se produit au Festival de Jounieh, en 2015 à Batroun et en 2017 au Festival de Faqra-Kfardebiane. L’enfant chéri des Libanais, qui foulait souvent la scène en costume blanc et cravate mauve, et qui chantait comme personne le désarroi de ne plus avoir 20 ans, aura marqué plusieurs générations. Au Liban comme partout dans le monde.


Voir notre vidéo publiée en juillet 2015 à l'occasion de la visite de Charles Aznavour à Beyrouth :


Pour mémoire

Charles Aznavour à « L’Orient-Le Jour » : Qui je suis ? Un café-crème

Pour Aznavour, une étoile hollywoodienne et des concombres libanais

À la une

Retour à la page "Culture"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Jean abou Fayez

Que de la sagesse du grand Charles..

Antoine Sabbagha

Aznavour et le Liban , un amour réciproque qui a duré et durera toujours .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL AVAIT UN FAIBLE POUR LE LIBAN COMME LES LIBANAIS L,AIMAIENT TOUT AUSSI !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.