Dernières Infos

Moscou convoque l'ambassadeur norvégien après l'arrestation d'un Russe pour espionnage

AFP
24/09/2018

La Russie a convoqué lundi l'ambassadeur norvégien à Moscou pour protester contre l'arrestation la veille à l'aéroport d'Oslo d'un Russe accusé d'espionnage, ce dernier invoquant un "malentendu". L'ambassadeur s'est vu signifier "de manière forte la protestation" de Moscou concernant cette arrestation réalisée sur la base d'accusations "fausses" et "absurdes", a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Les services de renseignement norvégiens avaient annoncé dimanche l'arrestation d'un citoyen russe, dont l'identité n'a pas été divulguée, soupçonné d'espionnage lors d'un séminaire au Parlement du pays scandinave.

Selon Moscou, cet homme est un certain M. Botchkariov, collaborateur du Conseil de la Fédération, la chambre haute du Parlement russe, et se trouvait en Norvège à l'invitation du Centre européen de recherche et de documentation parlementaires (CERDP). Il devait prendre part à un séminaire interparlementaire rassemblant 34 pays sur le thème de la numérisation qui s'est tenu jeudi et vendredi au Storting, le Parlement norvégien. "Cet événement était public (...) Il est incompréhnsible que le seul fait qu'un représentant russe ait assisté à ce séminaire a mené à une telle provocation", a poursuivi le ministère russe, promettant une riposte.

Le citoyen russe arrêté à Oslo a été placé en détention provisoire pour deux semaines lundi, son avocate ayant affirmé à l'AFP que son client "ne comprend pas ce dont on l'accuse et estime qu'il s'agit d'un malentendu".

En avril, un Norvégien avait également été arrêté en Russie sur des soupçons d'espionnage.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : on tourne en rond !

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué