X

Économie

L’Iran accuse Moscou et Riyad de prendre en otage le marché pétrolier

Énergie
OLJ
17/09/2018

L’Iran a accusé samedi l’Arabie saoudite et la Russie d’avoir pris le marché pétrolier en otage, alors que les États-Unis cherchent à réduire à néant d’ici à novembre les exportations pétrolières de Téhéran et encouragent les autres pays producteurs à augmenter leur offre.

« La Russie et l’Arabie saoudite affirment vouloir équilibrer le marché pétrolier mondial, mais cherchent en fait à s’emparer de la part de l’Iran », a déclaré le représentant de l’Iran à l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole), Hossein Kazempour Ardebili, à l’agence Shana, canal d’information du ministère iranien du Pétrole. « Les efforts de (Donald) Trump pour priver l’Iran d’accès au marché mondial du brut ont incité la Russie et l’Arabie saoudite à prendre ce marché en otage », a-t-il ajouté. Selon M. Ardebili, « l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont en train de faire de l’OPEP un outil pour les États-Unis et, par conséquent, il ne reste plus beaucoup de crédibilité à l’organisation », a déploré le dirigeant iranien. « C’est un fait que l’OPEP perd de sa substance en tant qu’organisation et devient un forum », a-t-il ajouté.

L’OPEP et ses partenaires hors cartel – dont la Russie – s’étaient mis d’accord fin juin pour augmenter leur production, après un précédent accord fin 2016 pour limiter leur offre en visant une remontée des prix, une inflexion critiquée vigoureusement par l’Iran. Membre fondateur de l’OPEP, le pays s’est ainsi opposé à cette décision, prise au moment où le pays fait face à de nouvelles sanctions américaines, après la décision de Washington de se retirer de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien, qui a réveillé les soucis sur l’offre, sur les marchés mondiaux.

Le président américain Donald Trump a exigé à plusieurs reprises que le cartel pétrolier augmente sa production et estimé que les autres pays devaient cesser d’acheter du pétrole venant d’Iran ou alors risquer des sanctions américaines. Cependant, la production pétrolière iranienne a touché ses niveaux les plus bas depuis juillet 2016, de grands clients comme l’Inde ou la Chine prenant leurs distances avec Téhéran, en raison de sanctions américaines qui pourraient se concrétiser d’ici au 5 novembre, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Source : agences


À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants