X

Idées

Palestine : la politique de Trump est vouée à l’échec

Point de vue
Daoud Kuttab | OLJ
15/09/2018

Le mois dernier, l’administration du président américain Donald Trump a décidé de couper tout financement à l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), qui fournit des écoles, des soins de santé et d’autres formes d’assistance à ces derniers. La semaine dernière, l’administration a annoncé le retrait de 25 millions de dollars de financement pour six hôpitaux de Jérusalem-Est, dont la plupart des patients sont palestiniens. Et, cette semaine, le département d’État américain a annoncé la fermeture imminente de la mission de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) à Washington. L’objectif est de forcer les dirigeants palestiniens à abandonner leurs revendications concernant le droit au retour. Cela ne fonctionnera pas. Au contraire, cela rendra probablement moins probable un accord sur l’une des questions les plus controversées du conflit israélo-palestinien.

Trump a déjà essayé cette tactique auparavant. L’an dernier, son administration a menacé, via son ambassadeur auprès des Nations unies, Nikki Haley, d’imposer des sanctions financières aux pays qui contestaient sa reconnaissance officielle de Jérusalem comme capitale d’Israël. Les États membres de l’ONU ont répondu en votant massivement pour condamner la décision. Utiliser le chantage financier pour menacer directement les Palestiniens pourrait être encore plus mal avisé. Compte tenu de l’intérêt personnel profond que les Palestiniens ont pour l’issue du conflit, les négociateurs empruntent déjà une voie délicate qui exige une approche nuancée et respecte la sensibilité et les aspirations de la population.

Concessions impossibles

Bien entendu, dans le monde des affaires, le levier financier peut être utilisé efficacement pour conclure des transactions difficiles. Mais, en matière de diplomatie internationale, les tentatives grossières visant à imposer certains résultats, en particulier en utilisant de l’argent, ont généralement l’effet inverse, car elles tendent à pousser les personnes menacées à adopter des positions plus extrêmes. Après tout, il ne s’agit pas de négociations sur une transaction immobilière, dont l’issue plaira à certains investisseurs et décevra les autres. Ce qui est en jeu, c’est la dignité, l’identité et les droits de l’homme. Les résultats des négociations façonneront la vie et l’avenir de populations entières.

Ces menaces publiques dissuadent même des modérés comme le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas de tenter de freiner le durcissement de son opinion publique. Au fil des ans, Abbas s’est opposé à la résistance violente, a fait preuve d’une flexibilité sans précédent dans la perspective d’un État palestinien indépendant démilitarisé et a exprimé publiquement sa volonté de transiger sur des questions litigieuses comme le droit au retour. Mais avec l’intimidation sans tact de l’administration Trump, de telles concessions deviennent impossibles, car Abbas ne serait plus en mesure de convaincre les Palestiniens qu’un accord avait été conclu d’une manière juste et équitable qui ne compromettait pas la fierté nationale. Pour la plupart des Palestiniens, renoncer au droit au retour dans de telles circonstances s’apparenterait simplement à une défaite.

Le fait est qu’aucun dirigeant palestinien ne peut accepter quoi que ce soit – même techniquement – si les autorités semblent capituler devant les menaces, surtout quand il s’agit d’abandonner ce que les Palestiniens considèrent comme un droit fondamental. Dès lors que les États-Unis ont rendu leurs menaces publiques, celles-ci sont devenues vouées à l’échec. De fait, les deux accords de paix les plus importants du Moyen-Orient au cours des cinquante dernières années – les accords de Camp David en 1978 entre Israël et l’Égypte et les accords d’Oslo en 1993 entre les Israéliens et les Palestiniens – ont pu être signés parce que les négociations se sont déroulées à huis clos. Cela a libéré les négociateurs de la pression d’une opinion publique souvent émotive et fluctuante, afin qu’ils puissent parvenir à des compromis globalement équitables, qui, sous leur forme complète, pourraient être ensuite défendus publiquement.

Équité

Cependant, même à huis clos, le compromis doit être équitable. L’administration Trump ne peut pas tenter de forcer la partie palestinienne – la plus faible – à accepter des positions inéquitables sous prétexte de réalisme politique, car tout accord qui serait éventuellement conclu aurait encore besoin d’un large soutien public pour réussir. Si ses termes s’avéraient excessivement unilatéraux, l’accord s’effondrerait. Pour éviter un tel résultat, les pourparlers sur le conflit israélo-palestinien devraient être menés de manière moins publique et s’appuyer sur des points de référence acceptés de longue date. Les dirigeants palestiniens se sont montrés disposés à faire des compromis, même sur des questions litigieuses comme Jérusalem ; les réfugiés et même des échanges de terres (à condition qu’ils soient égaux en taille et en nature).

Mais de tels compromis ne seraient possibles que dans le cadre d’un règlement de paix prévoyant la création d’un État palestinien indépendant conforme aux frontières d’avant 1967, avec pour capitale Jérusalem-Est. C’est ce cadre qui doit servir de base de travail pour les parties prenantes. La première étape, cependant, doit être de rétablir la confiance, non seulement entre Israéliens et Palestiniens, mais aussi avec d’autres intermédiaires que les États-Unis, qui ne peuvent s’attendre à être considérés comme un médiateur impartial s’ils persistent avec leur flagrant parti pris pro-israélien.

Les Palestiniens sont un peuple fier qui a fait d’énormes sacrifices dans son combat pour survivre au déplacement, à l’occupation et aux sièges prolongés. Ils ne se soumettront pas au chantage en acceptant les diktats américano-israéliens. Aucun accord de paix ne sera possible si toutes les parties concernées ne prennent pas en compte cette donnée fondamentale.

© Project syndicate, 2018

Journaliste palestinien, lauréat de nombreux prix internationaux pour la liberté de la presse.

À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DE GAFFE EN GAFFE LA POLITIQUE TRUMPIENNE EST GAFFEUSE !

Le Faucon Pèlerin

Cheikh Nabil Qaoouq, vient de déclarer au village Salaa au Liban-Sud que le président américain s'est entendu avec certains pays arabes à implanter les réfugiés palestiniens dans les pays où ils se trouvent.
Quant à notre ministre des Affaires étrangères, il est à Montréal au Québec, pour régler ses comptes avec ses adversaires au Liban et ce, devant des émigrés au Canada.

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué