X

Moyen Orient et Monde

Assassinat au Novitchok : Londres accuse nommément Poutine

Assassinat au Novitchok

Le Kremlin juge « inadmissible » d’accuser le pouvoir russe.

OLJ
07/09/2018

Londres a nommément accusé hier le président russe Vladimir Poutine d’être responsable de l’attaque au Novitchok perpétrée en mars contre un ex-espion russe en Angleterre, avant une réunion au Conseil de sécurité de l’ONU sur cette affaire à l’origine d’une grave crise diplomatique avec Moscou.

La Première ministre britannique Theresa May avait accusé mercredi le renseignement militaire russe (GRU) d’être à l’origine de l’empoisonnement, avec ce puissant agent innervant mis au point par l’Union soviétique, de l’ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia, le 4 mars à Salisbury (sud-ouest de l’Angleterre).

« En dernier ressort, bien sûr, il est responsable, c’est le dirigeant de l’État », a renchéri hier le secrétaire d’État britannique à la Sécurité, Ben Wallace, interrogé sur BBC Radio 4 sur la responsabilité de Vladimir Poutine dans ces opérations. « En dernier ressort il l’est, dans la mesure où il est le président de la Fédération russe et où c’est son gouvernement qui contrôle, finance et dirige le renseignement militaire. » « Je ne pense pas que quiconque puisse dire que M. Poutine ne contrôle pas son État, a-t-il poursuivi. Le GRU n’a pas la bride sur le cou. »

« Veto » russe

Le Kremlin a jugé hier « inadmissible » d’accuser le pouvoir russe. « De quelconques accusations visant le pouvoir russe sont pour nous inadmissibles », a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. « Ni les hautes autorités de la Russie ni les responsables d’un niveau moins important (...) n’ont quoi que ce soit à voir avec ce qui s’est passé à Salisbury », a-t-il souligné.

Le Royaume-Uni a demandé une réunion urgente du Conseil de sécurité des Nations unies pour informer ses membres de l’évolution de la situation, tandis que le chargé d’affaires russe à Londres a été convoqué au ministère des Affaires étrangères.

Depuis le départ, Londres accuse Moscou d’être à l’origine de l’attaque. Cette affaire avait engendré une grave crise diplomatique entre le Kremlin et les Occidentaux, débouchant sur une vague d’expulsions croisées de diplomates et l’adoption en août de sanctions économiques par les États-Unis.

L’ambassadeur américain à Londres, Woody Johnson, et le gouvernement australien ont exprimé leur soutien au Royaume-Uni.

Ben Wallace a déclaré que son gouvernement chercherait à « maintenir la pression » sur la Russie pour signifier que son « comportement est totalement inacceptable ». Parmi les options envisagées figurent « davantage de sanctions », a-t-il précisé. « Bien sûr, en tant que membre permanent, la Russie défendra sa position en usant probablement d’un veto », a ajouté le secrétaire d’État, dont le pays dispose également d’un siège permanent au Conseil de sécurité.

Pseudonymes

Selon Londres, l’attaque a été perpétrée par deux « officiers » du GRU, identifiés par la police britannique comme étant les ressortissants russes Alexander Petrov et Ruslan Bochirov, deux noms toutefois soupçonnés d’être des pseudonymes. Un appel a été lancé au public pour pouvoir les identifier. Ils font l’objet d’un mandat d’arrêt pour conspiration en vue de commettre un meurtre, tentative de meurtre contre les Skripal et un policier britannique contaminé après leur avoir porté secours, et usage et possession de Novitchok.

Devant le Parlement mercredi, Theresa May a toutefois laissé entendre que Londres ne demanderait pas l’extradition des deux suspects, faute de pouvoir s’assurer d’une coopération satisfaisante de Moscou.

La Russie, qui nie toute implication, avait dénoncé mercredi une « manipulation de l’information ». « Londres continue de faire preuve d’une diplomatie de mégaphone antirusse, en poursuivant son spectacle de propagande », a estimé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.

Les Skripal ont survécu à l’empoisonnement, ainsi que le policier leur étant venu en aide. Mais fin juin, le Novitchok avait fait deux nouvelles victimes à Amesbury, ville voisine de Salisbury, dont une est décédée.

Source : AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Guerre du Yémen : ce qu’en dit un houthi de passage au Liban...

Un peu plus de Médéa AZOURI

Visconti et les lahem baajine

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué