Rechercher
Rechercher

Moyen Orient et Monde - Vient de paraître

Kerry : En 2010, Assad avait fait une proposition secrète de paix avec Israël

« Every Day Is Extra », les Mémoires de John Kerry qui viennent de sortir.

Le chef de l’État syrien Bachar el-Assad a adressé au président américain Barack Obama une proposition secrète pour faire la paix avec Israël en 2010, un an avant le déclenchement du soulèvement dans son pays, révèle l’ancien secrétaire d’État John Kerry dans ses Mémoires publiées hier. Selon le quotidien israélien Haaretz, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, informé de cette proposition, l’a trouvée « surprenante » car elle montrait que le chef du régime syrien était disposé à faire plus de concessions que par le passé. À la suite de cette proposition, Israël et la Syrie ont engagé des négociations sous médiation américaine jusqu’à début 2011, mais elles n’ont pas abouti, ajoute le quotidien.

Dans ses Mémoires, Every Day Is Extra, John Kerry évoque longuement la Syrie qu’il qualifie de « plaie ouverte » laissée par l’administration Obama et affirme que c’est une question à laquelle il pense « chaque jour ».

M. Kerry, qui fut secrétaire d’État de 2013 à 2017, indique avoir rencontré Bachar el-Assad en 2009 lors d’une visite à Damas, dans le cadre d’une tournée au Proche-Orient, en sa qualité de président de la commission des Affaires étrangères du Sénat. Lors d’un long entretien avec le chef de l’État syrien, M. Kerry affirme l’avoir « confronté au sujet de la centrale nucléaire qu’Israël avait bombardée » et détruite en septembre 2007 à Deir ez-Zor, dans le désert syrien. Mais M. Assad, d’après M. Kerry, a nié qu’il s’agissait d’une centrale nucléaire, même lors de l’entretien en tête à tête entre les deux hommes. « Assad m’a regardé droit dans les yeux et m’a dit que ce n’était pas une installation nucléaire (…) C’était un mensonge stupide, mais il a menti sans aucune hésitation », écrit-il.

Alors que l’ancien secrétaire d’État évoquait le soutien d’Assad au Hezbollah, le président syrien aurait répondu, selon M. Kerry, que « tout peut être négocié », laissant entendre que sa politique pourrait changer si des négociations avec Israël aboutissaient. « Assad m’a demandé ce qu’il faudrait pour entamer de sérieuses négociations de paix, dans l’espoir de pouvoir récupérer le Golan, écrit M. Kerry. Je lui ai répondu que s’il était sérieux, il devrait faire une proposition privée. Il a demandé à quoi cela ressemblerait, je lui ai exposé mes idées, et il a demandé à son principal adjoint de rédiger une lettre d’Assad au président Obama. » Dans cette lettre, relate John Kerry, Bachar el-Assad a demandé à Barack Obama de soutenir de nouvelles négociations de paix avec Israël et assuré que la Syrie était « disposée à prendre un certain nombre de mesures en échange de la restitution du Golan par Israël ».

Le lendemain de l’entretien avec M. Assad, M. Kerry indique s’être envolé pour Israël où il a montré la lettre au Premier ministre Benjamin Netanyahu. « Il était surpris qu’Assad soit prêt à aller aussi loin, beaucoup plus loin que précédemment. » John Kerry est ensuite rentré à Washington avec la lettre. L’administration Obama a alors tenté de tester le sérieux du président syrien en lui demandant de prendre des « mesures pour bâtir la confiance » avec les États-Unis et Israël, notamment en arrêtant certaines livraisons d’armes destinées au Hezbollah. Mais Bachar el-Assad a déçu l’administration américaine en ne respectant pas ses promesses. « Je me souviens avoir entendu qu’Assad poursuivait exactement le même comportement avec le Hezbollah alors qu’on lui avait demandé d’arrêter. C’était décevant, mais pas surprenant », écrit John Kerry.

Plus loin dans son livre, il décrit M. Assad en termes très négatifs, évoquant son comportement au cours de la guerre civile. « Un homme qui peut vous mentir en étant juste en face de vous peut facilement mentir au monde entier après avoir gazé à mort son propre peuple », écrit-il.

John Kerry conclut son chapitre sur la Syrie en écrivant qu’avec la fin du mandat d’Obama et alors que Donald Trump se préparait à entrer à la Maison-Blanche, « la diplomatie pour sauver la Syrie était morte, et les plaies de la Syrie sont restées ouvertes. Je pense chaque jour comment nous aurions pu les refermer et comment le monde peut encore les refermer ».

Le chef de l’État syrien Bachar el-Assad a adressé au président américain Barack Obama une proposition secrète pour faire la paix avec Israël en 2010, un an avant le déclenchement du soulèvement dans son pays, révèle l’ancien secrétaire d’État John Kerry dans ses Mémoires publiées hier. Selon le quotidien israélien Haaretz, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu,...
commentaires (2)

S,IL Y AVAIT UNE TELLE PROPOSITION DE PAIX AVEC ISRAEL D,ASSAD... POURQUOI LE COMPLOT OURDI A-T-IL COMMENCE EN 2011 ? CAR C,ETAIT UN COMPLOT QUI S,EST TRANSFORME EN GUERRE CIVILE QUAND L,IRAN ET L,ARABIE SUIVIS D,AUTRES EN ONT DONNE DE LA TETE BASSE TOUT DEDANS !

LA LIBRE EXPRESSION

10 h 49, le 05 septembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • S,IL Y AVAIT UNE TELLE PROPOSITION DE PAIX AVEC ISRAEL D,ASSAD... POURQUOI LE COMPLOT OURDI A-T-IL COMMENCE EN 2011 ? CAR C,ETAIT UN COMPLOT QUI S,EST TRANSFORME EN GUERRE CIVILE QUAND L,IRAN ET L,ARABIE SUIVIS D,AUTRES EN ONT DONNE DE LA TETE BASSE TOUT DEDANS !

    LA LIBRE EXPRESSION

    10 h 49, le 05 septembre 2018

  • Je trouve cela indecent de publier des choses aussi betes. Meme un enfant de 5 ans ne tomberait pas dans le panneau. Donc le president Assad adresse une lettre secrete a Obama, que Mr Kerry s’empresse de faire lire au camp adverse???? Soyez un minimum serieux, les memes qui ont jurer que Saddam Hussein avait des armes de destruction massive veulent aujourd’hui nous convaincre qu’Assad est un boucher. Dans un monde juste et equitable, ils devraient etre les premiers a etre juger de leurs actions, seul la loi du plus fort s’applique, droit de l’homme mon c** ....

    Bee S

    07 h 35, le 05 septembre 2018

Retour en haut