Liban

Saydet el-Jabal répond à Nasrallah

OLJ
28/08/2018

Le Rassemblement de Saydet el-Jabal a mis en garde hier contre les propos, de plus en plus récurrents, relatifs à la nécessité d’intégrer des amendements à la Constitution libanaise issue du document d’entente nationale concernant les délais impartis au Premier ministre désigné dans sa mission de former le nouveau gouvernement.

« Porter atteinte à la Constitution et y apporter des amendements hors du consensus interlibanais corrompt le partenariat national et torpille l’unité intérieure », a noté le rassemblement dans un communiqué, à l’issue de sa réunion hebdomadaire sous la présidence de l’ancien député Farès Souhaid. « Se fonder sur les rapports de force actuels est une erreur dans la mesure où ils peuvent basculer d’une partie à l’autre rapidement en fonction des mutations régionales. C’est sur la force de l’équilibre que le Liban doit être gouverné, pas sur l’équilibre des forces », note le texte.

Le rassemblement a par ailleurs estimé que « la présence d’armes illégales aux mains d’une partie des Libanais constitue une atteinte constitutionnelle et un déséquilibre national qui dépasse les brèches techniques qui pourraient se trouver dans la Constitution ».

« La question des délais dans le cadre desquels le Premier ministre désigné devrait former le gouvernement ou d’autres points deviennent illusoires face à cette faille essentielle qu’est la perte de l’égalité et de la justice entre les Libanais. Une partie d’entre eux possède des armes tandis que les autres n’en ont pas, ce qui donne aux uns le privilège de ne pas se conformer à la loi », ajoute le texte.

Pour le rassemblement, « le Courant patriotique libre et le Hezbollah préparent un coup d’État contre l’accord de Taëf et le Constitution », c’est pourquoi Saad Hariri doit « y faire face », sans quoi il en « devient complice ».

Répondant enfin au secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, qui avait accusé ceux qui misent sur le Tribunal spécial pour le Liban de jouer avec le feu, le rassemblement a dit : « Celui qui joue avec le feu, c’est celui qui badine avec la sécurité du Yémen, de l’Irak et de la Syrie, pas les Libanais, qui sont à la recherche de la stabilité et de la sécurité de leur pays. C’est aussi celui qui refuse que justice soit faite pour les assassinats de leaders nationaux. »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La déception de Berry et le retour du clivage entre 14 et 8 Mars

Billet de Anthony SAMRANI

Silence, on tue !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants