Dernières Infos

Afghanistan: toutes négociations doivent inclure Kaboul, dit l'émissaire des Etats-Unis pour l'Asie du Sud

AFP
20/08/2018

Des négociations de paix en Afghanistan doivent inclure le gouvernement de Kaboul et ne se feront pas directement entre Washington et les talibans, a affirmé lundi une haute responsable américaine.  "Les négociations doivent se faire entre le gouvernement afghan et les talibans, et nous ne nous y substituerons pas", a déclaré à l'AFP l'émissaire des Etats-Unis pour l'Asie du Sud, Alice Wells. 

Selon des informations jamais confirmées officiellement, Alice Wells a rencontré des responsables des talibans afghans le mois dernier au Qatar pour évoquer la perspective d'un processus de paix en Afghanistan. "Je ne peux rien dire au-delà du fait que nous sommes prêts à faire ce que nous pouvons pour aider à faire venir les différentes parties à la table" des négociations, a-t-elle ajouté.  "Mais les Etats-Unis ne négocient pas avec les talibans à la place du peuple afghan et de son gouvernement". 

Un membre de la direction des talibans a indiqué à l'AFP que des représentants du groupe insurgé avaient rencontré des responsables américains le mois dernier à Doha.

Le département d'Etat américain avait seulement confirmé qu'Alice Wells s'était rendue à Doha, où les talibans ont ouvert un bureau en juin 2013 pour y mener des négociations discrètes avec les Etats-Unis.

Les talibans refusent de négocier avec le gouvernement du président Ghani, illégitime à leurs yeux, et insistent pour négocier directement avec Washington.

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a apporté dimanche un soutien appuyé à l'offre de cessez-le-feu du président Ghani, qui a appelé les talibans à déposer les armes après une récente poussée de violence dans le pays.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué