X

Moyen Orient et Monde

Les Émirats veulent « briser » el-Qaëda dans le sud du Yémen

Éclairage

Abou Dhabi dément avoir négocié des accords avec le groupe jihadiste.

OLJ
14/08/2018

Les Émirats arabes unis, pilier d’une coalition militaire intervenant au Yémen, se disent déterminés à venir à bout d’el-Qaëda dans le sud du pays, tout en niant avoir négocié des accords avec le groupe jihadiste.
 « Indépendamment de l’évolution générale du conflit au Yémen, les Émirats arabes unis continueront leur action jusqu’à ce qu’el-Qaëda dans la Péninsule arabique (AQPA) soit brisé en tant que menace régionale et mondiale », a déclaré hier un haut responsable militaire émirati, après une tournée organisée pour la presse étrangère dans le sud du Yémen. Interrogé à Dubaï sur des informations de presse faisant état d’accords secrets avec el-Qaëda pour que ses combattants se retirent avec leurs armes de localités qu’ils occupaient, le général Mousallam al-Rashedi a fermement rejeté cette « fausse accusation », selon lui sans fondement, qui le « met en colère ». « Il n’y a rien à négocier avec ces types », a-t-il dit.
Officiellement, les Émirats interviennent depuis mars 2015 au Yémen, aux côtés de l’Arabie saoudite, pour repousser les rebelles pro-iraniens Houthis – venus du Nord – qui ont pris la capitale Sanaa et progressé vers le Sud, après avoir chassé le gouvernement du président Abd Rabbo Mansour Hadi. Mais quand ils ont aidé les forces pro-Hadi à reprendre, durant l’été 2015, cinq provinces du Sud, ils se sont heurtés à la présence de jihadistes qui ont profité du chaos pour prospérer dans ces régions, allant même jusqu’à contrôler pendant un an Moukalla, chef-lieu de la vaste province de Hadramout. Plus de deux ans plus tard, le général yéménite Faraj Salemine al-Bahsani, gouverneur de la province et commandant de la 2e zone militaire couvrant une bonne partie du Sud, décrit comment el-Qaëda a été chassé de Moukalla.

Avec l’aide des Émirats
« Nous avons formé une force de soldats de la région, avec l’aide des Émirats », a-t-il déclaré. « L’aviation de la coalition a paralysé el-Qaëda avant de l’expulser de la région », a-t-il expliqué dans son bureau, sous un portrait du président Hadi.
Des experts ont expliqué à l’époque qu’el-Qaëda, qui avait institué la terreur d’avril 2015 à avril 2016 à Moukalla, avait préféré se retirer sans combat afin de préserver ses forces et de se replier vers des zones difficiles d’accès. La situation semble normale aujourd’hui à Moukalla. La ville vit sous perfusion des Émirats qui ont rétabli les services publics et fournissent l’essentiel de l’aide qui permet de faire fonctionner les hôpitaux, les écoles, les tribunaux et le port, selon le gouverneur. Quelque 170 voitures et 500 motos flambant neuves ont été envoyées à la police de Moukalla par leurs collègues d’Abou Dhabi, a précisé un officier émirati. Le port de Moukalla, essentiel pour le ravitaillement de l’ensemble de la province, paraît très actif. Un remorqueur, fourni par les Émirats, accélère le ballet des navires marchands.
Pour illustrer le reflux d’el-Qaëda, un responsable militaire émirati a affirmé qu’il n’y avait eu que cinq attaques d’AQPA dans le sud du Yémen au premier semestre 2018, contre 77 au cours de la même période de 2016.
Selon lui, jusqu’en 2016, AQPA avait une présence importante dans des grandes villes, ce qui constituait une source importante de financement et de recrutement pour le groupe. Les Émirats ont formé et équipé 60 000 combattants yéménites, dont 30 000 ont été directement impliqués dans la lutte contre AQPA, a-t-il assuré.

3,8 milliards de dollars d’aide
Au total, environ 1 000 combattants d’AQPA ont été tués depuis 2015, dont 13 des 18 leaders les plus recherchés, et 1 500 capturés, a déclaré la même source. Par ailleurs, les Émirats ont donné 3,8 milliards de dollars d’aide depuis 2015 pour soutenir et stabiliser le Yémen, selon ce responsable militaire émirati. Les attaques de drones attribuées aux États-Unis et visant AQPA n’ont pas cessé au Yémen où Américains, Émiratis et forces gouvernementales yéménites coordonnent leurs actions. AQPA avait revendiqué l’attaque meurtrière contre le journal satirique parisien Charlie Hebdo en janvier 2015. Selon le général Rashedi, depuis début 2016, AQPA a « perdu la moitié du territoire qu’il contrôlait » dans le sud du Yémen et « sa capacité à transporter le terrorisme mondialement a été sérieusement entravée ». Le général Bahsani a admis que la province de Hadramout n’avait pas été totalement nettoyée des combattants d’AQPA et du groupe État islamique (EI) qui s’est implanté tardivement dans le sud du Yémen. Il leur a attribué des assassinats de responsables de la sécurité. Le 12 juillet, Amnesty International a fait état de « violations flagrantes » des droits de l’homme au Yémen dans des prisons secrètes gérées par les Émirats, qui peuvent être « assimilées à des crimes de guerre ». Les Émirats ont « rejeté ce rapport politiquement orienté », affirmant que les prisons au Yémen sont « sous l’autorité de Yéménites ».
Karim SAHIB/AFP

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants