Moyen Orient et Monde

Le vice-gouverneur de la banque centrale iranienne arrêté

OLJ
06/08/2018

Le vice-gouverneur et chef du département des changes de la Banque centrale d’Iran a été arrêté, a annoncé hier l’autorité judiciaire iranienne au moment où la devise nationale, le rial, est en chute libre. Le vice-gouverneur, Ahmad Araghchi, a été arrêté avec d’autres responsables, ainsi que quatre personnes accusées de spéculer sur le marché des changes, a indiqué le porte-parole de l’autorité judiciaire, Gholam-Hossein Mohseni Ejeie, dans une déclaration à la radio-télévision d’État IRIB. Le chef du département des changes, qui est le neveu du vice-ministre des Affaires étrangères iranien Abbas Araghchi, avait été limogé la veille par le nouveau gouverneur de la Banque centrale, alors que le rial a perdu plus de la moitié de sa valeur par rapport au dollar depuis avril. Cette chute s’explique par le retour annoncé des sanctions américaines contre l’Iran et les craintes qu’elles font peser sur l’économie du pays.

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants