X

La Dernière

Ragheb Alameh : J’aime ceux qui m’aiment

Liban Pop

Le chanteur vient de sortir un nouveau single en dialecte égyptien, intitulé « Elli Baana », déjà un tube de cet été.

28/07/2018

Pas facile de réussir et de percer dans le monde de la pop. Et encore moins de maintenir le succès pendant… 36 ans ! 36 ans que Ragheb Alameh, alias la « superstar », enchante les foules dans le monde arabe et produit des tubes. En renouvellement permanent, le chanteur ne veut certainement pas s’arrêter de faire ce à quoi il a consacré sa vie : la musique. Aujourd’hui, et après le succès qu’a connu sa ballade romantique en dialecte libanais Trekni Lahali, il sort un nouveau single entraînant intitulé Elli Baana, aux couleurs des chansons populaires égyptiennes. Sur le single, Ragheb Alameh revendique son je-m’en-fichisme et affirme qu’il lui est bien égal que des personnes qu’il a aimées quittent sa vie, en disant : « Depuis quand il nous importe qui reste et qui s’en va, un de perdu, dix de retrouvés… 100 fois heureux pour ceux qui nous laissent tomber… Eux seuls ont voulu choisir le feu et quitter notre paradis … »

Interrogé par L’Orient-Le Jour sur le sens de la chanson, écrite par Mohammad el-Bogha et mise en musique par Mahmoud Khayami, Ragheb Alameh assure qu’elle illustre bien sa philosophie de vie. « C’est mon principe : j’aime ceux qui m’aiment. Je ne blâme pas ceux qui me jalousent. La porte de ma vie est grande ouverte à ceux qui me haïssent et qui aimeraient s’en éloigner, et Elli Baana Khesir Dalaana ! La vie ne s’arrête à personne, que ce soit dans le travail, l’amour ou l’amitié. C’est pour cela que j’ai chanté ce titre avec beaucoup de conviction, et ceux qui me côtoient de près savent que j’ai des qualités et des valeurs en amour comme en amitié », tient-il à préciser.




Démodé ?
Visionné plus de 9 millions de fois déjà sur la toile, le clip de Elli Baana, réalisé par Ziad Khoury, a été tourné en Grèce. Sur les images, on peut voir Ragheb Alameh en robe de chambre en train de fumer un cigare sur le porche de sa maison, ou encore en costume, vêtu d’un chapeau, dans des rues bondées. Entouré d’une dizaine de jeunes mannequins, le chanteur se pose en éternel séducteur et s’amuse à faire comprendre à sa bien-aimée qu’il ne se fait aucun souci quant à sa vie après son départ. Si le clip est visuellement beau et techniquement réussi, il a toutefois reçu son lot de critiques.

Pour certains, la vidéo, dans sa forme, est carrément démodée. La mode des artistes qui s’entourent de belles femmes fait terriblement 90s et est bien finie depuis, avec des chanteurs comme Amr Diab qui en ont abusé. Pour d’autres, le chanteur, qui est le premier dans le monde arabe à avoir tourné un vidéoclip dans les années 80, n’a plus l’âge pour ce genre de scènes avec des femmes aussi jeunes. « Toute critique ne mérite pas d’être prise en considération », répond Ragheb Alameh à ce sujet. « Je ne veux pas réagir à celle-ci en particulier. Comme je le disais, si ces gens-là n’ont pas aimé le clip, je m’en fous. Par ailleurs, cette critique n’est pas fondée. Certaines personnes ne trouvent rien à dire. Elles reprochent alors aux roses d’être rouges pour qu’on leur accorde de l’attention », renchérit la star, ambassadeur honoraire pour l’environnement et le climat de l’UNEP (United Nations Environmental Program) depuis neuf ans.
En attendant, Ragheb Alameh sera en concert à Tunis ce 28 juillet, avant de rencontrer son public libanais à Ehmej le 18 août. L’artiste chantera ses nouveaux singles, mais aussi les plus grands tubes de sa carrière lancée en 1982. Son secret pour maintenir le succès toutes ces années ? « Je ne suis pas seul. Je suis entouré d’une équipe qui travaille et étudie chaque pas avec beaucoup de sérieux. Mais au fond, c’est juste l’amour. J’aborde chaque projet avec passion et j’aime ce que je fais. C’est ce qui compte. »


Dans la même rubrique

Nicole Saba, fatally blonde...

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le pont

L'être humain n'a aucun mérite d'aimer ceux qu'ils l'aiment. La noblesse de l'âme est d'aimer tout le monde quitte à être jalousé ou détesté par certains ceci ne doit avoir aucune importance. Heureusement qu'il se rattrape maladroitement plus loin *j’ai des qualités et des valeurs en amour comme en amitié*

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué