X

La Dernière

Quand le termos devient à la mode...

Coolitude

« Termos, ya termos », criait le marchand ambulant dans le Beyrouth de notre enfance, en proposant cet amuse-gueule populaire. L’habitude est restée, et le lupin devient, dans le monde, l’aliment de tous les bienfaits.

12/07/2018

Autrefois populaire, le lupin a pris de la graine en devenant la grande préoccupation des hommes de science, qui ont planché durant des années sur son étude. Ses vertus s’étant avérées très nutritives, la petite légumineuse jaune est la folie du moment en matière de diététique, un engouement partagé sur tous les réseaux sociaux. 

Au départ, ce sont les chercheurs qui ont donné l’alerte, après avoir exploré, durant les deux dernières décennies, ses composantes et les divers usages pouvant en découler. Leur diagnostic ? Sofi Sipsa, conseillère scientifique auprès du grand producteur Revolupin Flakes et cofondatrice de The Lupin Company, affirme : « Les flocons de lupin possèdent une unique combinaison : absence de gluten, faible teneur en glucide et une forte base de protéines et de fibres prébiotiques. Avec, de surcroît, un niveau élevé de minéraux et d’acides aminés essentiels. » En chiffres, cela donne 43 % de protéines, 25,5 % de sucres et 13,5 % de matières grasses. Et voilà que l’amuse-gueule pour apéro ou pour tuer le temps, une habitude typiquement locale, est devenu la manne des diététiciens qui le trouvent idéal pour soigner les maux du siècle, notamment l’obésité due au diabète, l’hypertension artérielle et les maladies vasculaires. La nutritionniste Fiona Hunter cite des études démontrant que les personnes qui ont remplacé la farine de blé par la farine de lupin ont pu constater une baisse sensible de leur tension artérielle. Il a été signalé, également, que cet ingrédient, qui produit un effet de satiété, pousse à consumer moins de calories.

En crêpes, falafels, salades et gâteau au chocolat
Néanmoins, croquer les graines de lupin ne suffit pas à en tirer tous les bénéfices, même en les mélangeant aux salades et divers autres mets. Alors, on les a transformées en farine et en flocons pour en faire du pain et ses dérivés, des pâtisseries et autres sauces et soupes. Quant aux recettes, elles abondent sur des sites internet et les réseaux sociaux qui en ont fait leur spécialité, en les traitant aussi façon gourmet.

Le site lupinfoods.com propose une multitude de manières de le servir au petit déjeuner (en crêpes, porridge, flocons, confiture), au dîner (soupe, en crème sur des tartines, version hommos ), en passant par le déjeuner, (toutes sortes de salades, boulettes frites, falafels et gratin), les amuse-gueules, les snacks, en cas de creux à l’estomac. Cette farine sied également aux desserts : gâteaux au chocolat, cheesecake, cupcakes, crumble, sablés et tartes.

On est bien loin de l’originelle culture du lupin, (pratiquée depuis l’Antiquité aussi bien en Égypte et en Grèce que dans les Andes), destinée à la nourriture des animaux. Durant les dernières décennies, elle s’est sensiblement développée, en particulier en Australie, grâce à la sélection de lupins « doux » à très faible teneur en alcaloïde. Grâce à ses belles fleurs multicolores – les lupins poussent à l’état sauvage dans les sols sablonneux –, cette plante est souvent utilisée comme élément décoratif dans les jardins. 

Les pays méditerranéens (notamment l’Espagne, le Portugal, l’Italie et ceux de l’Afrique du Nord), et certains pays d’Amérique du Sud en on fait leur snack favori et un accompagnement de l’apéritif, après avoir fait tremper les graines dans de l’eau salée. Ils l’ont baptisé tramousse qui, selon Wikipedia, provient du français parlé en Algérie à l’époque de la colonisation. Il dérive du vocable espagnol altramuz qui désigne le lupin, issu lui-même de l’arabe termos. On trouve, également, dans la même signification, tramús en catalan et tremoço en portugais.

À Beyrouth, les marchands ambulants de ce termos des pauvres drainent une belle nostalgie, une image de carte postale qui fait partie intégrante du paysage urbain local et de notre culture. Si seulement ils savaient que leurs lupins étaient devenus un phénomène international, ils en souriraient…

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,ETAIT ET C,EST ENCORE UN PASSA TEMPO TRES APPRECIE !

Stes David

Il y a un blogspot http://lupins-bk.blogspot.com/ des scientifiques russes qui ont écrit un livre sur le Lupinus B.S. Kurlovich and A. K. Stankevich et dans leur livre ils pensent que ca vient du mot grecque pour "chaud" (termon ou termis) "Besides, the Grecian genesis of cultivated lupin is testified by lupin’s Greek name “termis”, that may be translated as “ardent”" et ils parlent du lupin dans l'histoire Hippocrates of Cos, a Greek scientist (400-356 BC) etc.

Le Faucon Pèlerin

Une promenade à la pinède de Kaslik à Sarba dans les années 40 accompagnée d'un cône de "termos" (lutin) saupoudré de sel, vendu par le marchand ambulant Brahim à 5 piastres, n'était pas agréable. Brahim savait où et comment se positionner pour allécher les jeunes à la consommation de son unique marchandise présentée en pyramide sur un plateau de bois orné de l'indispensable salière. Ca ne coûtait pas cher pour être heureux dans les années 40.

Stes David

Par curiosité j'ai mangé une portion à Saida, en effet il y avait à coté du chateau de la mer vers le souk de Saida (à coté des terras de cafés) des vendeurs ambulants de cela. Je dois dire que je n'ai pas su ce que c'était, mais maintenant que je lis cet article, c'était bien cela, une portion de lupin donc. En grecque d'après wikipedia c'est θέρμος peut-être le mot vient du grecque θέρμος car comme on écrit dans cet article ce plat doit être très ancien en égypte, grèce, liban etc.

Dernières infos

Les signatures du jour

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué