Moyen Orient et Monde

L’OIAC pourra désigner les auteurs des attaques chimiques en Syrie

Les États membres de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) ont décidé hier de renforcer l’organisation en lui octroyant le pouvoir de désigner les utilisateurs de ces armes de destruction massive en Syrie, malgré la vive opposition de Moscou et Damas. Lors d’un vote à huis clos à La Haye où siège l’OIAC, 82 pays ont voté en faveur d’une résolution britannique en ce sens, soutenue par la France et les États-Unis notamment, et 24 s’y sont opposés. Toutes deux suspectées d’avoir récemment employé des substances toxiques – ce qu’elles démentent –, la Russie et la Syrie y étaient hostiles, de même que l’Iran. « L’OIAC dispose désormais d’un pouvoir supplémentaire crucial, non seulement pour déceler l’utilisation d’armes chimiques, mais aussi pour pointer du doigt l’organisation ou l’État » suspectés d’être derrière ces attaques, s’est félicité le ministre britannique des Affaires étrangères, Boris Johnson. « C’est crucial si nous voulons décourager l’emploi de ces armes infâmes », a-t-il dit dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux. Le secrétariat de l’OIAC, prix Nobel de la paix en 2013, « mettra en place les dispositions pour identifier les auteurs (d’attaques) aux armes chimiques dans la République arabe syrienne », prévoit le texte. Selon l’ambassadeur britannique à La Haye, Peter Wilson, cette possibilité pourrait ultérieurement être étendue à d’autres théâtres. Le projet a été adopté au terme d’un bras de fer diplomatique alors que les inspecteurs de l’OIAC doivent très prochainement dévoiler un rapport sur l’attaque présumée au sarin et au chlore du 7 avril à Douma, près de Damas.


Les États membres de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) ont décidé hier de renforcer l’organisation en lui octroyant le pouvoir de désigner les utilisateurs de ces armes de destruction massive en Syrie, malgré la vive opposition de Moscou et Damas. Lors d’un vote à huis clos à La Haye où siège l’OIAC, 82 pays ont voté en faveur d’une...

commentaires (0)

Commentaires (0)