Dernières Infos

Deux Tchétchènes jugés à Paris pour l'assassinat d'un homme d'affaires russe

AFP
04/06/2018

Le procès de deux réfugiés tchétchènes, jugés pour l'assassinat d'un homme d'affaires russe, tué d'une balle dans la tête en 2011 à sa descente d'avion en région parisienne, a débuté lundi devant la cour d'assises de Paris. 

Rouslan Bersanov (30 ans), accusé d'être le tireur, et Yazid Arsaliev (28 ans), le chauffeur de l'équipée, nient leur participation au crime.

En 2016, le procès avait connu un faux départ: le principal accusé avait, pour la première fois, affirmé que le commanditaire était présent sur les lieux du crime. L'audience avait été renvoyée pour permettre la recherche - infructueuse - de Valid Lurakhmaev, le commanditaire qui aurait été arrêté en Turquie.

Deux ans plus tard, le procès démarre donc avec les mêmes acteurs. Dans le box, Rouslan Bersanov, les yeux clairs et la chemise tendue sur les biceps, et Yazid Arsaviev, chemise et fine barbe noires, écoutent avec attention le récit de l'affaire entamé par le président de la cour.

Le drame s'est joué le 4 mars 2011: ce jour-là, Mikhail Lanin arrive à Paris avec sa compagne, en vue d'une transaction immobilière sur la Côte d'Azur, à Nice.

A sa descente d'avion, deux hommes viennent accueillir le couple pour le conduire dans une impasse, à Villepinte (au nord de Paris): Mikhail Lanin sera retrouvé mort d'une balle dans la tête, sa compagne, grièvement blessée, s'en sortira.

Les enquêteurs étaient rapidement remontés jusqu'aux deux hommes, originaires de Tchétchénie, venus chercher le couple à l'aéroport: Yazid Arsaliev, le chauffeur, et Rouslan Bersanov, dont l'ADN a été identifié sur une des douilles retrouvées sur la scène de crime.

Le premier a toujours affirmé n'avoir fait que conduire la voiture contre la somme de 200 euros, tandis que le second s'est dit victime d'un "piège".

Rouslan Bersanov a affirmé que Valid Lurakhmaev lui avait, quelques semaines avant l'assassinat, montré son arme, et qu'il l'avait manipulée. Il a toujours dit avoir laissé le couple en vie à Villepinte.

En l'absence du commanditaire, l'audience, prévue jusqu'au 8 juin, devra s'attacher à éclairer plusieurs zones d'ombre, notamment préciser le mobile du crime. Par ailleurs, les bagages du couple n'ont jamais été retrouvés et la compagne rescapée, se disant amnésique, n'est pas venue témoigner.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les matchs d’aujourd’hui

  • Angleterre
    Panama

    24/06

    15h00 (GMT+3)

  • Japon
    Sénégal

    24/06

    18h00 (GMT+3)

  • Pologne
    Colombie

    24/06

    21h00 (GMT+3)

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué