X

Idées

Corruption : Au Liban, les règles existent... il faut les appliquer !

Point de vue
Karim DAHER | OLJ
01/06/2018

Une fois retombée l’euphorie, positive ou négative, qui a prévalu lors de la tenue, début avril, de la Conférence économique pour le développement par les réformes et avec les entreprises (CEDRE), les principales interrogations portent sur la capacité du Liban à tenir ses promesses en matière de modernisation de l’économie et des infrastructures et de mise en œuvre de vraies réformes structurelles pour pouvoir à terme bénéficier de tout ou partie de l’enveloppe de 11 milliards de dollars de prêts bonifiés promis par ses partenaires.
Parmi les réformes structurelles laissées trop longtemps en souffrance par une classe politique indéboulonnable et désormais « exigées » pour pouvoir attirer les investissements étrangers et permettre l’exécution des contrats de partenariat public-privé, figurent notamment : la mise en place d’une meilleure gouvernance fiscale ; la modernisation des procédures d’adjudication et de marchés publics ; et la lutte contre la corruption.

Tolérance zéro
À cet égard, il ne faudrait ni occulter ni négliger la nouvelle donne que constituent les normes internationales de lutte contre la corruption qui mettent à la charge des entreprises l’obligation d’appliquer – et de faire respecter en aval par leurs partenaires locaux – leurs propres programmes de conformité pour prévenir les risques de corruption et les sanctionner. Des textes tels que la loi française dite « Sapin II » du 9 décembre 2016 instituent ainsi un dispositif de répression de la corruption même lorsqu’il s’agit d’un délit commis à l’étranger, particulièrement en matière d’obtention de marché public.
La mise en œuvre de projets de partenariat et/ou d’investissement nécessitant un rapport direct avec les administrations et les collectivités publiques libanaises, cette perspective soulève d’emblée des interrogations majeures. Comment pourrait-on objectivement concilier ces normes très strictes et la pratique locale des pots-de-vin, gratifications et autres paiements de facilitation ? Sachant que la coutume semble désormais avoir ancré ces pratiques illégales comme autant de moyens difficilement contournables pour permettre de fluidifier un processus bureaucratique lourd et clientéliste, comment les entreprises locales pourraient-elles s’engager contractuellement en acceptant des clauses types les obligeant à se conformer aux codes de conduite et autres mesures anticorruption imposées en amont aux/par leurs partenaires étrangers, sans prendre le risque de compromettre la mise en œuvre et la réalisation dudit projet ? Ou au contraire celui de leur mise en cause directe, contractuelle et pénale, du fait de l’inexécution de leurs engagements ?
La réponse à ces interrogations se trouve bien évidement dans une approche de tolérance zéro et l’application stricte et préalable des dispositions légales déjà édictées à ce jour au Liban en matière de lutte contre la corruption. Nombreux sont en effet les textes qui, de par les domaines couverts et les sanctions prévues, sont à même de dissuader bien des corrupteurs et corrompus.
La convention des Nations unies pour la lutte contre la corruption à laquelle le Liban a adhéré en 2008 (loi n° 33) prévoit ainsi l’inclusion dans les lois nationales de mesures législatives et administratives compatibles qui favorisent la transparence et préviennent la corruption et les conflits d’intérêts ainsi que la mise en place de systèmes appropriés de passation des marchés publics.
De même, la nouvelle loi antiblanchiment n° 44 de 2015 contient une obligation de déclaration de soupçon qui pourrait s’apparenter à une forme de reconnaissance des lanceurs d’alerte. Elle définit en outre la corruption comme étant une infraction menant aux actes de blanchiment, en y intégrant notamment les pots-de-vin, le trafic d’influence et l’enrichissement illicite. Les infractions sont sanctionnées par des peines financières lourdes et des peines de prison allant de deux mois à sept ans.
Figure aussi parmi les textes que l’on peut citer la loi sur l’enrichissement illicite n° 154 de 1999 qui définit l’enrichissement illicite comme le montant perçu par acte de corruption ou de trafic d’influence et le sanctionne de peines de prison prévues au code pénal (articles 451 et suivants) qui vont jusqu’à trois ans de réclusion ou de travaux forcés.
Sans prétendre à l’exhaustivité en la matière, il convient enfin de mentionner les articles 112 et 173 de la loi sur la comptabilité publique qui engagent la responsabilité personnelle et pécuniaire (sur leurs deniers propres) des ministres et des comptables publics en cas d’infraction aux lois et/ou de dépassement des dotations entraînant des pertes financières pour l’État.

Protéger les lanceurs d’alerte
Mais tout cela n’aurait aucun sens ni de chance réelle de succès si n’étaient couplées à cette initiative des mesures législatives et réglementaires tendant à reconnaître le véritable rôle des lanceurs d’alerte (c’est-à-dire non seulement leur obligation légale mais aussi leurs droits) et à les protéger, à l’instar de ce qui a été adopté en France dans la loi Sapin II précitée. Ces lanceurs d’alerte sont essentiels pour briser les verrous et avoir accès aux informations et aux secrets. Les dénigrer ou les rendre vulnérables par des mesures disciplinaires et discriminatoires reviendrait tout simplement à rendre vains tous les efforts législatifs. Cela a d’ailleurs été récemment le cas avec un haut fonctionnaire démis de ses fonctions par un ministre au « pedigree » très douteux, en raison d’une dénonciation et du blocage d’une affaire de corruption touchant une coopérative agricole. Appelé à trancher sur le fond, le Conseil d’État a là l’occasion de prendre une décision qui pourrait faire jurisprudence en matière d’abus d’autorité.
D’ailleurs, la décision inédite (n° 265) du tribunal des référés de Beyrouth en date du 18 avril 2018 dans l’affaire Sakker el-Dekkéné vs Conseil du Sud peut servir de point de départ à la création d’un droit de protection de ces lanceurs d’alerte au Liban. En se basant sur la défense de l’intérêt public et du droit à l’information, l’instance judiciaire a débouté dans son délibéré l’organe étatique dans sa tentative d’interdire la publication, sur le site de l’association, d’un rapport dénonçant les mécanismes de corruption et procédures de surfacturation entachant la concession d’un marché public. N’est-ce pas le début d’un commencement ?
Il est dit que « la corruption est le cancer de la démocratie et un impôt que le contribuable paie deux fois ». Il est grand temps de mettre tout en œuvre afin de l’extraire définitivement du corps libanais et de l’en immuniser à jamais.

par Karim DAHER
Avocat, enseignant en droit fiscal à l’USJ et président de l’Association libanaise pour les droits et l’information des contribuables (Aldic).


Lire aussi

Au Liban, un tournant constitutionnel salutaire

À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

roger abdelnour

Un guide pour les qui prétendent ne pas voir

Saliba Nouhad

Mais Mr Daher, la corruption est en effet un mal endémique dans le monde...
C’est vrai que c’est un cancer dans les démocraties sauf que, dans les pays Occidentaux, c’est une forme de cancer traitable, limité, éradicable où, même le Président de la République pourrait être poursuivi!...
Sauf qu’au Liban, c’est un cancer agressif, qui a des métastases qui ont envahi tout le corps, et qui ne répondrait plus à aucun traitement
En effet, la corruption est carrément institutionnalisée à tous les échelons de la vie sociale et politique: du petit employé qui veut doubler son salaire misérable, aux zaims tribaux et confessionnels, champions des trafics d’influence et du clientélisme, aux politiciens et hommes d’affaires véreux aux systèmes mafieux et de partage du gâteau national...
Ceci existait déjà à moindre échelle avant la guerre, ayant atteint son apogée dans le chaos qui s’en suivit, question de survie et devenu chose courante et presque normale dans l’après guerre...
C’est pourquoi, je ne suis pas du tout optimiste de pouvoir changer quoique ce soit au Liban, tant que ce système politique, archaïque, féodal sur fond communautaire perdure, et pire encore, les mêmes dinosaures sont encore aux commandes!
Hélas, il faut être réaliste: la seule possibilité, faillite nationale et tout reprendre à zéro ou la montée d’une nouvelle génération de la société civile, éduquée, honnête et nationaliste qui pourrait changer les choses...Et ce n’est pas pour bientôt!

Marionet

Bien documenté, didactique, bref excellent! Y a plus qu'à!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES LOIS PLUTOT QUE LES REGLES EXISTENT MAIS LA CORRUPTION ENGLOBANT TOUT ET PARTOUT LA BALLE PASSE SANS EGRATIGNER PERSONNE ! C'EST L'ATOLL LIBAN !

gaby sioufi

dommage que nul ne parvient encore a proposer les vrais remedes !
certains n'en proposent aucun,
d'autres une proposition edentee ,incomplete
certains autres une qu'ils finissent par negliger faute d'en trouver un traitement efficace .
beaucoup proposent des remedes pas encore habilites par le NHI ( national Health Institute) - donc leur application incertaine .
certains , bien sur ont une /des propositions valables mais ne trouvent pas preneurs parceque justement cela exige une condition sine qua nonne : la mise au ban prioritairement de TTE la crasse politique , MAIS
une partie du probleme n'est pas encore serieusement aborde : le citoyen homme d'affaires de ttes envergures Corrupteur par excellence !
donc faire de sorte de faire un exemple- Des exemples- des 2 faces de cette maladie .




Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué