X

Liban

Polémique CPL-FL : La bataille sur la répartition des portefeuilles ministériels s’enflamme

Formation du gouvernement
OLJ
31/05/2018

Déjà très perturbé depuis l’échéance électorale, le climat s’est envenimé hier dans les relations entre le Courant patriotique libre (CPL) et les Forces libanaises (FL) autour de la répartition des portefeuilles ministériels au sein du prochain cabinet, ainsi qu’après les accusations des FL selon lesquelles le CPL cherche à les exclure du gouvernement, ou du moins à réduire au maximum leur représentation.
Dans un entretien avec Radio Liban libre (102.5), Georges Okaïss, député FL de Zahlé, a adressé une mise en garde « à ceux qui cherchent à évincer les FL du gouvernement », leur recommandant de « ne pas les pousser dans l’opposition parce qu’ils le regretteront, d’autant qu’ils seraient davantage indisposés par les FL si celles-ci devaient agir dans les rangs de l’opposition plutôt qu’au sein du gouvernement ».
 « Nous ne sommes pas pressés pour la formation d’un cabinet qui n’aura pas tenu compte des équilibres », a martelé M. Okaïss, estimant qu’un « gouvernement non représentatif des résultats électoraux et basé sur des vexations politiques ne peut affronter les défis sécuritaires et économiques ». Le député a toutefois affirmé que les FL « ne sont pas en situation de confrontation avec le président de la République et l’appuient dans la lutte contre la corruption et dans l’application du principe de distanciation », mettant en outre l’accent sur « l’importance de respecter légalement et moralement l’entente de Meerab ». « Donner aux FL une image d’un adversaire de M. Aoun nuit au régime », a-t-il conclu.
Réagissant aux avertissements de M. Okaïss, Mario Aoun, député CPL du Chouf-Aley, a déclaré que ces propos « expriment une intention de nous mettre en échec » , mais il s’est toutefois empressé d’affirmer que son parti opte pour « un gouvernement d’union nationale auquel participeraient l’ensemble des composantes politiques ».
Ces appels timides au partenariat lancés de part et d’autre ne parviennent pas toutefois à concrétiser des relations paisibles entre les deux partis. Pourtant le président de la République Michel Aoun et le leader des FL Samir Geagea semblent avoir exprimé tous deux leur attachement à l’entente de Meerab lors de la visite de ce dernier à Baabda, il y a quelques jours. M. Geagea aurait même insisté sur « la consolidation des liens avec le CPL à l’image des relations qui lient le tandem chiite Amal-Hezbollah ».
Des sources du CPL font état à cet égard de démarches qui auraient été tentées pour restaurer les liens entre les deux composantes chrétiennes, indiquant que le président du parti aouniste, Gebran Bassil, avait dépêché le ministre de l’Énergie sortant, César Abi Khalil, à Meerab, pour expliquer à M. Geagea les détails du dossier litigieux de l’électricité. Les sources affirment que ce dernier a été convaincu par les clarifications qui lui ont été apportées, mais que les ministres FL continuent à s’opposer au plan de M. Abi Khalil, aux côtés des ministres du Parti socialiste progressiste, des Marada et d’Amal. Comment, se demandent ces sources aounistes, le parti de M. Geagea prétend-il, dans ces conditions, appuyer le régime ?

L’attachement à l’Énergie
Quant à M. Abi Khalil, il semblait lundi s’être départi de son rôle d’émissaire, tenant une conférence de presse à travers laquelle a paru avec clarté sa volonté de mener la bataille pour garder le portefeuille de l’Énergie aux mains du CPL. Il a affirmé lors de ce point de presse « avoir approuvé les plans d’exploration des blocs 4 et 9 » soumis par le consortium Total-Eni-Novatek. Or, estime à ce sujet le quotidien al-Akhbar, M. Abi Khalil n’avait pas besoin de réunir les médias pour faire part de son approbation des plans, d’autant que « le contrat avec le consortium stipule que si dans le délai de 60 jours imparti au ministre de l’Énergie pour approuver les plans, celui-ci n’a exprimé ni son approbation ni son rejet, il sera considéré comme les ayant approuvés ». Le consortium avait présenté ses plans le 27 mars et l’État devait ainsi les agréer au plus tard le 28 mai, dans le cadre d’une mesure administrative qui s’inscrit dans le processus exécutoire du contrat. « L’approbation n’avait donc rien d’historique ni de performant », estime al-Akhbar, soulignant qu’en convoquant la presse, M. Abi Khalil « a voulu montrer que le CPL est le seul à pouvoir prendre en charge le ministère de l’Énergie, d’autant qu’il accuse les FL de torpiller les dossiers qui s’y rattachent ».
Le bureau de presse des FL n’a pas tardé à réagir aux accusations de M. Abi Khalil, affirmant dans un communiqué que « l’approche des FL ne se veut pas obstructive ni dirigée contre le CPL, soulignant que le parti « s’oppose là où il faut qu’il s’oppose, comme cela s’est passé dans le cadre du dossier de l’électricité et des navires-centrales à travers la réouverture du cahier des charges et le retour à la Direction de l’adjudication ».
En soirée, le ministre de l’Énergie devait quant à lui déclarer dans un communiqué que « toutes les paroles qui (m’) ont été attribuées dans les journaux sont dénuées de tout fondement et visent des objectifs non louables ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Pierre Hadjigeorgiou

L'arroseur arrosé par ces propres partenaires! Il est dit que les ministres CPL, pour le dossier électricité, vont se partager des commissions de plus de 25 Million de USD. Si ces rumeurs s'avèrent être vraies, en général il n'y a pas de fumée sans feu, nous comprenons mieux la raison pour laquelle aucune adjudication n'a été faite et que le CPL veut maintenir ce ministère entre ses mains. Comme les ministres FL ne volent pas, ne s'achètent pas et sont intègres, il est probable que ces magouilles voient le jour et alors bye bye parlementaires et ministres aux prochaines élections. Pour finir, connaissant très bien Dr. Geagea, il est plus qu'improbable qu'il ait compris les explications de Mr. Abi khalil et que les ministres FL fassent encore a leur tête. Les chimères d'Abi Khalil qu'ils les vendent ailleurs pas sur notre marché. Il a perdu d'avance. L'heure du changement approche et l’édifice sur lequel le Hezbollah comptait s’écroule étape par étape et jour après jour. Voyons ce que Michel Aoun fera le jour "J"!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DOMMAGE DE VOIR LES PARTIES CHRETIENNES S,ENTRE-DECHIRER. ILS N,ONT JAMAIS APPRIS LES LECONS DE L,HISTOIRE. CONSTANTINOPLE TOMBE SOUS LES COUPS DES OTTOMANS HIER ET AUJOURD,HUI ET L,ON DISCUTE DU SEXE DES ANGES !

Yves Prevost

Les ministres de l'énergie du CPL, à commencer par le chef de ce parti, on tous lamentablement échoué à fournir de l'électricité aux libanais. Ils n'ont réussi qu'à augmenter le déficit de l'EDL. Mais la doctrine en usage au gouvernement semble basée sur le principe: "On ne change pas une équipe qui perd"!

Dernières infos

Les signatures du jour

Un peu plus de Médéa AZOURI

Thaoura 2.0... Et ce n’est que le début

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : quatre nœuds et un maillon caché...

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants