X

Liban

Raï : Un gouvernement au plus vite pour faire face aux défis

Baabda
OLJ
22/05/2018

Pour la seconde fois en deux jours, le patriarche maronite, Mgr Béchara Raï, a appelé hier les responsables à former au plus vite un gouvernement, les exhortant à s’unir pour mettre en avant l’intérêt de l’État face aux défis politiques, économiques et financiers que le pays affronte.
Dans son homélie prononcée lors de la messe célébrée dimanche à Bkerké, Mgr Raï avait en effet demandé aux responsables de mettre de côté leurs intérêts privés en vue de la formation rapide d’un gouvernement.
Hier, le patriarche maronite, qui s’est rendu à Baabda, auprès du président de la République, Michel Aoun, pour le féliciter de l’échéance électorale et pour entendre ses recommandations concernant la visite officielle en France qu’il (Mgr Raï) compte entreprendre la semaine prochaine, est revenu à la charge : « Je lance un appel à toutes les forces politiques et aux blocs parlementaires, leur demandant de faciliter la formation du gouvernement », a-t-il déclaré à l’issue de son entretien avec M. Aoun, soulignant qu’« il faut s’unir pour mettre l’intérêt général au-dessus de toute autre considération et penser à bâtir l’État sans se pencher sur les intérêts de tel ou tel pôle ». « L’échéance gouvernementale doit être au niveau des énormes défis, lesquels nécessitent les réformes évoquées dans les conférences de Rome, Paris et Bruxelles », a-t-il poursuivi, réitérant l’importance de « resserrer les rangs pour que les participants au futur gouvernement puissent braver ces défis ».
En réponse à la question de savoir si le chef de l’État est confiant dans la formation rapide du cabinet et si celui-ci serait un gouvernement d’union nationale, Mgr Raï a répondu que M. Aoun « est soucieux de voir le gouvernement formé sans entraves et sur base de ses consultations parlementaires, à travers lesquelles seraient exprimées les attentes des différents blocs », se demandant : « Comment le pays pourrait-il être dirigé en l’absence d’un gouvernement d’union nationale ? »
Pour ce qui a trait à sa prochaine visite en France, le patriarche maronite a indiqué qu’elle comporte « une longue » réunion avec le président français Emmanuel Macron, mais aussi des entretiens avec le Premier ministre Édouard Philippe, le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, le président de l’Assemblée nationale François de Rugy et le président du Sénat Gérard Larcher.

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CE SERA UN GOUVERNEMENT DE COMPROMIS COMME CEUX D,AVANT ET OU LES BOYCOTTEURS BIEN CONNUS SEVIRONT COMME D,HABITUDE ! LE RETOURNEMENT DE VESTE DE HATRIRI APRES SA JUSTE DEMISSION ETAIT UNE ERREUR MAJEURE !

Beauchard Jacques

Evidemment nous sommes hostiles à cette intrusion du religieux au cœur du politique....

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de guerre israélienne contre le Liban, mais les options régionales restent ouvertes, selon Nasrallah

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.