Dernières Infos

Des dizaines de personnes enlevées sur une route dans le nord du Nigeria

AFP
16/05/2018

Des dizaines de personnes ont été enlevées ces quatre derniers jours sur une route dans l'Etat de Kaduna (nord du Nigeria), victime de violences de bandes armées, ont rapporté mercredi des habitants et des chefs traditionnels locaux.

"Un très grand nombre de personnes ont été enlevées le week-end dernier", a expliqué Adbu Gajere, un habitant de la région de Birnin Gwari. "Les criminels ont élevé des barricades sur la route au niveau de Birnin Gwari (qui mène vers Kaduna), ils forçaient les voitures à s'arrêter et ont emmené leurs victimes dans la forêt." "Il est difficile de dire avec précision combien ont été enlevées, mais plus de 10 véhicules, dont des bus ont été vidés et abandonnés le long de la route", a ajouté M. Gajere.  

Le porte-parole de l'émir de Birnin Gwari, Isah Muhammad Galadima, estime quant à lui le nombre de personnes enlevéees à "plus de cent". "La route est pleine de nids-de-poule, ce qui force les voitures à s'arrêter", explique-t-il à l'AFP. "Il y a eu d'autres attaques lundi contre au moins quatre véhicules." "Il y a eu des élections locales ce week-end et les forces de police, habituellement déployées le long de la route, ont dû prendre position pour sécuriser le scrutin", poursuit M. Galadima. "Les gangs ont dû en profiter pour commettre leurs actes criminels". 

Le porte-parole de la police de l'Etat de Kaduna, Mukhtar Aliyu, affirme n'avoir reçu "aucun compte-rendu de ces incidents", mettant en garde contre les "exagérations" des populations locales. "Oui il y a des actes criminels le long de cette route, mais je n'ai entendu parler d'aucun kidnapping le week-end dernier", souligne-t-il. "Il y a deux semaines, à la suite d'un kidnapping justement, le chef de la police nigériane s'est rendu sur cette route et a ordonné le déploiement de 200 hommes. Nous faisons tout notre possible pour garantir la sécurité des citoyens".  

Début mai, des violences entre ces gangs et les villageois du district de Birnin Gwari organisés en milices civiles, ont fait plus de 70 morts. Plus de 2.000 personnes ne peuvent toujours pas rejoindre leurs foyers et survivent grâce aux dons des villages de la région, selon l'émir local.

Des groupes armés, vraisemblablement issus de l'Etat voisin de Zamfara, sont repliés dans des camps situés dans l'épaisse forêt alentour, et commettent régulièrement des kidnappings contre rançons, des vols de bétail ou des attaques à mains armés. 

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Une lecture régionale du « nœud druze »...

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué