Chadi Aoun

Ce qu’en disent les proches

OLJ
12/05/2018

Labiba Shaiban Aoun, - Sa maman 

La personnalité de Chadi s’est forgée au fil d’une jeunesse entourée de mille et une splendeurs. C’est un peu l’Égypte, pays de Râ, et son histoire millénaire qui ont marqué son enfance. Ce fut ensuite la Tunisie, berceau punique et terre carthaginoise, phénicienne de naissance, qui berça et enrichit son goût pour la beauté, loin d’un Liban meurtri par la guerre. Tout cela a fait de Chadi un jeune homme qui a la tête sur les épaules quoique rêveur, mais grand travailleur et indépendant, et qui voue un amour inébranlable au Liban, à sa famille et à ses amis.

Isabelle Aoun - Sa sœur 

Compagnon, meilleur ami, complice, les mots me manquent pour cerner ce que mon frère représente pour moi. Mais je peux vous dire qu’il est bourré de talent et curieux jusqu’au bout des doigts. Pour se ressourcer, il regarde la vie avec des yeux avides, en quête d’émotions. Des plus douces aux plus tumultueuses, il les rassemble et les mélange pour mieux les raconter à travers ses films, ses œuvres et ses créations. En marge de son métier, son autre passion est la danse. Il est danseur dans l’âme. Mon frérot est généreux et égoïste à la fois. Il est à l’aise sous les projecteurs, avec un côté un peu réservé qui fait parfois sourire mon cœur.

Abdallah Hatoum - Son ami, artiste et créateur 

Chadi est un grand corps qui danse et qui émeut, un cœur libre. Je l’ai connu à la fin de son adolescence, beau garçon avec une attitude désinvolte, un peu inaccessible. Il était curieux de découvrir le monde, mais avec son regard à lui, à la fois critique et immensément affectueux. À cette époque, nous passions des soirées entières à regarder des vidéos de chorégraphies qui le fascinaient. Il avait pourtant abandonné la danse depuis quelques années pour se consacrer à l’animation. Mais Chadi se sentait incomplet et profondément affecté par le sentiment d’avoir raté quelque chose, malgré son succès dans le domaine de l’animation. Il a su réconcilier ses talents comme on le voit si bien dans son film Samt, qui continue à faire le tour du monde, de festival en festival. Chadi a toujours dompté un état sauvage en lui pour rendre hommage à la vie, à la liberté, au corps et au mouvement.

Patrick Sfeir - Son ami, cinéaste d’animation 

Je me souviens encore vivement du premier court-métrage qui m’a touché quand j’étais étudiant à l’Académie des beaux-arts. C’était le premier film de Chadi, Le Baiser. Depuis ce jour, son travail n’a jamais cessé de m’éblouir. Sa passion du détail se trouve dans tout ce qu’il entreprend : la danse, le dessin, la réalisation, le montage, ou encore la mise en place d’expositions artistiques. Pour moi, son univers a toujours émané de l’immense amour qu’il porte à la vie et aux choses, à la nature, au mouvement et surtout au désir profond d’exister librement dans ce monde, et qu’il souhaite à toute espèce vivante.

Yasmine Sarout - Son amie, photographe et vidéaste 

Après presque 15 ans de vie commune, je peux aisément dire que Chadi est un frère pour moi. Durant toutes ces années, nous avons vécu en cohabitation. Nous nous sommes vus grandir, évoluer, en étant toujours présents l’un pour l’autre, mais aussi en restant discrets et légers dans notre routine. Puis le temps a passé avec les aléas de la vie, et il est parti. Quand nous nous retrouvons, c’est comme s’il n’était jamais parti. 

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.