X

Liban

Refus de l’implantation et retour des Libanais dans leurs villages, plaide Béchara Raï

OLJ
30/04/2018

Le patriarche maronite, le cardinal Béchara Raï, a apporté hier sa caution au chef de l’État qui a refusé les termes employés dans le communiqué de Bruxelles au sujet des déplacés syriens. « Les termes employés dans le communiqué de Bruxelles prêtent à confusion et sont contraires à la ligne politique de l’État libanais », avait jugé le président de la République.
 « Nous refusons l’implantation par le biais de l’achat d’une propriété par les non-Libanais, et appuyons sans réserve les efforts visant à faciliter le retour de tous les déplacés syriens dans leurs pays et leurs foyers (…) ; nous appuyons inconditionnellement le communiqué publié par le chef de l’État refusant la teneur du communiqué de la conférence de Bruxelles portant sur les déplacés syriens », a déclaré le chef de l’Église maronite.
La prise de position du patriarche a marqué la cérémonie de dédicace de l’église Saint-Georges du village de Selfaya (Aley), entièrement rebâtie et restaurée sur le site même où ce lieu de culte avait été une première fois édifié, à la fin du XVIIe siècle (5 février 1690), par « le grand patriarche, le vénérable Estephan Doueyhi ».
Le patriarche Raï a souhaité pouvoir proclamer le patriarche Doueyhi bienheureux, à partir de cette église même, « si le ciel adhérant au jugement de l’Église universelle, qui a reconnu l’héroïcité de ses vertus, permet qu’un miracle soit obtenu à son intercession ».
La messe à Selfaya a été concélébrée par l’archevêque maronite de Beyrouth, Mgr Boulos Matar. Elle consacre le retour dans leur village de ses habitants, qui l’avaient fui aux premières années de la guerre civile, avant que leurs maisons ne soient rasées en 1983 au moment de la « guerre de la Montagne ».
Par ailleurs, le patriarche maronite a déploré que « les liens de l’unité nationale se soient distendus et que le pays s’effrite et se divise en régions faisant allégeance à des personnes ou des partis, comme si le Liban régressait vers une situation néo-féodale ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants