Dernières Infos

Lynchage à mort d'un Canadien au Pérou: deux suspects recherchés

AFP
24/04/2018

Un juge péruvien a ordonné l'arrestation de deux hommes soupçonnés d'avoir lynché à mort un Canadien accusé du meurtre d'une dirigeante indigène octogénaire, ont annoncé mardi les autorités judiciaires. 

Le cadavre du Canadien, identifié par la justice péruvienne comme étant Sebastian Paul Woodroffe, 42 ans, a été retrouvé samedi dans la région d'Ucayali (Amazonie), la même région où l'octogénaire avait été tuée.

Une vidéo largement diffusée sur les réseaux sociaux ces derniers jours montre l'homme, le visage en sang avec une corde autour du cou, traîné à terre par une foule en colère.

Le juge David Panduro a ordonné lundi l'arrestation de deux suspects, José Ramirez et Nicolas Mori, "pour le délit présumé d'homicide qualifié", selon le communiqué des autorités judiciaires.

Le Canadien, qui vivait dans la région où il avait acheté 20 hectares de terres selon la presse péruvienne, était soupçonné d'avoir tué quelques jours plus tôt Olivia Arévalo, 81 ans, leader de la communauté amazonienne Shipibo-Konibo.

Selon la Fédération des Communautés natives d'Ucayali et ses affluents (Feconau), elle a été atteinte de cinq balles à la poitrine tirées par un inconnu à moto.

Les Shipibo-Conibo, l'un des peuples indigènes d'Amazonie, vivent dans les régions d'Ucayali, Madre de Dios, Loreto et Huanuco. Certaines familles de cette ethnie ont aussi émigré à Lima pour chercher du travail.

Avec 31.000 membres, c'est l'une des plus grandes ethnies de l'Amazonie péruvienne.

En septembre 2014, quatre leaders d'une autre communauté indigène, les Ashaninka de la région Alto Tamaya-Saweto, avaient été assassinés à la frontière avec le Brésil. La police soupçonne des forestiers illégaux et des narcotrafiquants de les avoir tués.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué