Dernières Infos

Syrie: rejet à l'ONU d'un projet de résolution russe soutenant une enquête de l'OIAC

AFP
11/04/2018
Le Conseil de sécurité de l'ONU a rejeté mardi, faute de voix suffisantes, un projet de résolution proposé par la Russie qui visait à soutenir une enquête à Douma en Syrie de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

Le texte n'a recueilli que cinq voix en sa faveur. Quatre pays ont voté contre et six se sont abstenus.

Pour être adoptée, une résolution doit recueillir au moins neuf voix pour sur les 15 membres du Conseil de sécurité, sans utilisation de veto d'un des cinq membres permanents (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume Uni).

Basée à La Haye, l'OIAC qui n'a pour mission que de confirmer ou d'infirmer l'usage d'armes chimiques sans en identifier les utilisateurs, a indiqué mardi qu'elle allait envoyer "sous peu" des enquêteurs à Douma, près de Damas.

Ils doivent arriver "en fin de semaine", a assuré à l'ONU l'ambassadeur russe Vassily Nebenzia. "S'ils n'y arrivent pas", cela voudra dire qu'il y a "des jeux géo-politiques méprisables" et "des plans militaires agressifs", a-t-il ajouté.

Le Royaume Uni a expliqué son vote contre par le fait que l'OIAC n'a pas le pouvoir d'identifier les auteurs d'attaques à l'arme chimique, laissant celles-ci du coup impunies.

"Il n'y a pas besoin d'une résolution de l'ONU pour soutenir une mission de l'OIAC en Syrie", a fait aussi valoir un diplomate occidental sous anonymat. Un déplacement de l'OIAC va prendre combien de temps ? Quel accès sur le terrain ? Comment garantir qu'un "nettoyage" ne sera pas fait avant sur le lieu des attaques ?, s'est-il interrogé.

Annoncé mardi matin par le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, le texte russe est "précipité" et n'a donné lieu à aucune négociation, ont aussi relevé des diplomates occidentaux.

Dans son projet de texte, la Russie, qui dément tout recours aux armes chimiques samedi par le régime, évoquait paradoxalement à deux reprises les attaques du 7 avril. Le projet parlait de la "préoccupation profonde" du Conseil de sécurité, "alarmé" par les allégations sur un recours aux armes chimiques ce jour-là.

Selon des sauveteurs syriens en zone rebelle et une ONG américaine, les attaques de samedi, avec des armes chimiques présumées, ont fait au moins 40 morts.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué