X

Liban

Deux entretiens Hariri-MBS en 24 heures à Paris

Diplomatie
OLJ
11/04/2018

Le chef du gouvernement, Saad Hariri, a eu deux entretiens en l’espace de vingt-quatre heures avec le prince héritier saoudien, Mohammad ben Salmane, qui a clôturé hier une visite officielle de 48 heures à Paris.
« Le président français, Emmanuel Macron, a décidé d’associer le Premier ministre libanais à un échange avec le prince héritier saoudien, qu’il a accueilli en fin d’après-midi à l’Élysée », a annoncé la présidence française. « Les trois dirigeants évoqueront ensemble brièvement, avant le dîner officiel, les sujets liés à la stabilité du Moyen-Orient, la lutte contre le terrorisme et aux coopérations économiques et culturelles », a précisé l’Élysée. M. Hariri a été également convié au dîner officiel en l’honneur du prince saoudien.
M. Hariri est resté à Paris, comme on le sait, après la conférence dite CEDRE, au cours de laquelle la communauté internationale s’était engagée à mobiliser 11 milliards de dollars en prêts et dons en faveur du Liban. La veille, il s’était entretenu une première fois avec Mohammad ben Salmane, en présence du roi du Maroc, Mohammad VI. La rencontre a eu lieu lundi soir dans un hôtel parisien, selon un selfie tweeté dans la nuit par M. Hariri, qui montre les trois hommes attablés ensemble, tout sourire. « Tous les trois sont amis et nos pays sont sur la même longueur d’onde, il était donc logique » d’organiser cette rencontre, avait déclaré à l’AFP le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel el-Jubeir.

Moussaoui : Gare aux Saoudiens
À Beyrouth, le Hezbollah poursuivait sa campagne contre l’Arabie saoudite. S’exprimant devant des électeurs à Naqoura, le député Nawwaf Moussaoui a accusé l’Arabie saoudite de « chercher à mettre la main sur le pouvoir de décision au Liban ». « Après avoir échoué à le faire, en forçant le Premier ministre à démissionner (en novembre dernier à partir de Riyad), l’Arabie tente de nouveau sa chance à travers les législatives. (…) Si elle contrôle le Parlement, elle pourra contrôler le gouvernement et transformer ainsi le Liban en un parc pour ben Salmane et pour les Israéliens puisque les deux se sont entendus pour liquider la cause palestinienne », a soutenu M. Moussaoui, en mettant en garde contre « une victoire du courant saoudien au Liban parce qu’un avenir noir attendra à ce moment-là les Libanais qui perdront tout contrôle sur leurs propres affaires, étant donné l’importance de la dette publique ».

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

HARIRI EN VEDETTE A PARIS... MAIS JE PREVOIS DES SURPRISES AUX LEGISLATIVES !

Pierre Hadjigeorgiou

Donc si nous comprenons bien Mr. Moussaoui, le Hezbollah fait campagne pour les élections législatives du Liban afin de préserver la cause Palestinienne qui a été la cause de la guerre 1975-1990 et de son occupation par la Syrie de 1990 a 2005. En bref, pour le Hezbollah, il nous faut continuer à voir détruire le Liban pour la cause Palestinienne en passant par la survie de Bachar et la principauté Fakihienne à instaurer. C'est a se demander si ce sont bien des élections Libanaises ou trans-moyen orientales que nous voyons se dérouler. Libanais votez! Mais de grâce votez bien et surtout pas à ce genre d'énergumènes!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants