Dernières Infos

Un Palestinien tué par une frappe israélienne avant le rassemblement à Gaza

AFP
30/03/2018

Un agriculteur palestinien a été tué tôt vendredi dans la bande de Gaza par un tir d'artillerie israélien, à quelques heures d'un rassemblement de protestation à l'occasion de la "Journée de la terre".

Selon un porte-parole du ministère de la Santé à Gaza, il s'agit d'un homme de 27 ans, identifié comme Omar Samour, tué près de Khan Younès, dans le sud de l'enclave palestinienne. Selon des témoins oculaires, il se trouvait sur ses terres près de la frontière lorsque l'incident est survenu.

Un porte-parole de l'armée a indiqué que "deux suspects se sont approchés de la barrière de sécurité dans le sud de la bande de Gaza et ont commencé à agir de façon suspecte". "En réponse, des chars (israéliens) ont tiré dans leur direction", a ajouté le porte-parole.

Cet incident est survenu peu avant un rassemblement vendredi, jour à partir duquel des milliers de Gazaouis -coupés du monde en raison du blocus israélien et de la fermeture quasi-permanente de la frontière avec l'Egypte- sont appelés à camper pendant un mois et demi non loin de la barrière qui clôt la frontière de Gaza avec Israël.

Ces six semaines de protestation, baptisées "la grande marche du retour", sont dédiées au droit au retour des Palestiniens qui, par centaines de milliers, ont été chassés de leurs terres ou ont fui lors de la guerre ayant suivi la création d'Israël en 1948.

Le début de ce mouvement coïncide en outre avec la "Journée de la terre", hommage annuel rendus à six Arabes israéliens tués en 1976 lors de manifestations contre la confiscation de terres par Israël.

Officiellement, les six semaines de protestations sont organisées par la société civile. Mais elle sont soutenues par le mouvement islamiste Hamas, qui dirige sans partage la bande de Gaza. Israël et le Hamas se sont livré trois guerres dans l'enclave palestinienne depuis 2008 et observent depuis 2014 un cessez-le-feu tendu.

Les forces israéliennes ont attentivement suivi les préparatifs du mouvement de protestation. L'armée a indiqué avoir déployé des renforts à la frontière et réquisitionné une centaine de tireurs d'élite.

Les abords de la barrière sont régulièrement le théâtre de heurts coûtant la vie à des Palestiniens.
L'une des préoccupations israéliennes est une tentative, spontanée ou non, de forcer la barrière, peut-être à l'occasion d'une marche massive avec des femmes et des enfants. Le Hamas a assuré que ses services veilleraient à ce que personne n'approche dangereusement de la frontière.

Alors que l'Etat d'Israël célèbrera en mai ses 70 ans, les Palestiniens attendent toujours la création de leur Etat, qui a rarement paru plus incertaine. Le droit au retour reste une revendication palestinienne fondamentale et, pour les Israéliens, un obstacle majeur à la paix.

Le statut de Jérusalem est également un important point de crispation, encore plus depuis que le président américain Donald Trump a décidé de reconnaître la ville comme capitale d'Israël et d'y transférer l'ambassade des Etats-Unis. Cette décision a ulcéré les Palestiniens, qui veulent faire de Jérusalem-Est, annexée par Israël, la capitale de l'Etat auquel ils aspirent.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

#MaBadnaNsedBouzna

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué