Rechercher
Rechercher

Liban - Législatives 2018

Nasrallah appelle « les alliés et amis à des concessions » en vue des législatives

Le secrétaire général du Hezbollah, hier, au cours de son allocution télévisée.

Alors qu’il prononçait un discours dans lequel il détaillait le programme électoral de son parti, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a appelé hier soir ses alliés et amis à faire des concessions en vue des prochaines législatives. Il a également affirmé qu’il était prêt à discuter d’une stratégie de défense nationale, en réponse au président de la République Michel Aoun, qui envisage de lancer un appel en ce sens.
 « Nous œuvrerons depuis le Parlement à protéger le Liban, son peuple, sa terre, son pétrole et ses richesses naturelles », a déclaré Hassan Nasrallah avant de présenter le programme électoral « réaliste » que les députés de son parti prévoient d’appliquer durant les quatre années de leur mandat.
Le programme du Hezbollah est divisé en trois parties : les réformes politiques et administratives, les politiques économiques et les politiques sociales.
Au rang des réformes politiques et administratives, le dirigeant chiite a proposé d’ « améliorer la loi électorale » en retournant à son antienne, à savoir la promotion de la circonscription unique. Il a également plaidé en faveur de l’abaissement du droit de vote à l’âge de 18 ans.
Il a également estimé qu’il fallait accorder « une attention particulière au combat contre la corruption ». Dans ce cadre, Hassan Nasrallah a indiqué que combattre la corruption, « une maladie dangereuse », constitue « la priorité absolue » de son parti. « Si la situation monétaire reste comme telle (...) de même que la corruption et la dilapidation des fonds (...) le pays court un grand danger, a-t-il martelé. Nous avons décidé au sein du Hezbollah de former un bureau composé de plusieurs députés qui seront chargés de voir comment faire face à la corruption avec les outils disponibles ».
 « Nous nous engageons à ce que notre parti reste propre et non impliqué dans toute corruption ou dilapidation », a en outre assuré le secrétaire général du Hezbollah.
Dans le cadre de son programme social, le leader du Hezbollah a affirmé qu’il fallait trouver les solutions nécessaires pour le retour des réfugiés syriens à leur pays, une grande portion du territoire syrien étant devenue sûre, selon lui.

« Faire preuve d’humilité »
Concernant les législatives, Hassan Nasrallah a indiqué que son parti « s’est réuni avec les alliés pour créer des listes électorales et a essayé d’être amical et transparent avec tout le monde ». « Toutes les forces politiques ont des difficultés, et les élections législatives d’aujourd’hui n’opposent pas le 8 et le 14 Mars, a-t-il ajouté. Mon message aux alliés et amis est de faire preuve d’humilité, de faire des concessions et d’être compréhensifs, a-t-il affirmé. La discorde est le début de l’échec. »
 « Nous ne demandons à personne de se retirer et nous n’exerçons de pression sur personne, a-t-il ajouté. Ce que nous pouvons faire avec les alliances électorales a été fait, et tous ceux qui veulent faire un choix électoral sont libres. Cette loi est l’occasion pour avoir une meilleure représentation, et cela donne une meilleure chance à nos alliés et amis pour arriver au Parlement », a-t-il poursuivi.
 « En ce qui concerne le Hezbollah et le Courant patriotique libre, nos relations politiques existent toujours, nous pouvons avoir des différends sur certains dossiers, nous ne sommes pas un seul parti politique, a souligné le chef du parti chiite. Dans certaines circonscriptions, nous sommes alliés avec le CPL, dans d’autres non. »
Hassan Nasrallah a enfin démenti les propos rapportés vendredi dernier par le quotidien al-Akhbar selon lesquels il n’acceptera pas que « les alliés de Daech et du Front al-Nosra représentent les habitants du Hermel et de Baalbeck ». « Je n’ai pas accusé les autres listes de Baalbeck-Hermel d’être des listes de Daech et al-Nosra, mais j’ai dit qu’il y a sur ces listes des candidats de forces ou de partis qui ont soutenu les éléments armés et les ont protégés, et qui ont pendant des années empêché l’armée de mener une bataille décisive contre ces groupes armés. »

En faveur de tout soutien à l’armée
Avant de terminer son discours, le chef du Hezbollah s’est attardé sur les conférences de Rome et de Paris (CEDRE). « Certains ont tenté de dire que le Hezbollah a des réserves (au sujet du soutien à l’armée), mais cela est faux. Nous sommes en faveur de tout soutien qui permet à la troupe de défendre le Liban », a affirmé Hassan Nasrallah. « Nous saluons toute aide à l’armée libanaise et aux services de sécurité », a-t-il clamé.
Concernant l’intention du président Michel Aoun d’appeler à débattre d’une stratégie de défense nationale après les élections, le dirigeant chiite a fait valoir que « personne n’a discuté de cela avec nous, mais nous n’avons aucune susceptibilité à ce sujet, surtout lorsque l’invitation provient du président ».
Concernant enfin la conférence de Paris, il a mis en garde contre les prêts. « Nous devons débattre de cela au sein du gouvernement ainsi qu’au Parlement parce que, au final, nous avons une dette qui est en train d’augmenter », a-t-il conclu.

Alors qu’il prononçait un discours dans lequel il détaillait le programme électoral de son parti, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a appelé hier soir ses alliés et amis à faire des concessions en vue des prochaines législatives. Il a également affirmé qu’il était prêt à discuter d’une stratégie de défense nationale, en réponse au président de la...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut