X

Liban

Melhem Riachi : La diversité au Liban est garante de la liberté

Conférence


10/03/2018

« Il est vrai qu’il faut être deux pour instaurer la paix, mais il faut qu’une partie prenne l’initiative d’aller vers l’autre en premier lieu. » Lors d’une conférence organisée par les Rotary Clubs de Beyrouth Cadmos, Beyrouth Metropolitan et Aley à l’hôtel Le Gabriel-Sofitel à Achrafieh sur « La paix et la liberté de presse », le ministre de l’Information, Melhem Riachi, a notamment évoqué l’expérience de la réconciliation entre les Forces libanaises et le Courant patriotique libre.

 « En œuvrant pour la réalisation de l’accord de Meerab conclu entre les Forces libanaises et le Courant patriotique libre, les deux parties avaient certes leurs propres intérêts, différents peut-être, mais avec le député Ibrahim Kanaan, j’ai cherché surtout à transformer ces intérêts en une vraie réconciliation », a raconté le ministre.

 « Souvent l’ego et la crainte de l’autre empêchent la personne ou le groupe de faire le premier pas, mais une fois ce premier pas franchi, il sera porteur de résultats très positifs », a encore affirmé le ministre. « J’ai reconnu l’importance de cette réconciliation lorsqu’un jour, lors d’une rencontre avec des écoliers, une enseignante m’a raconté qu’elle était mariée à un responsable du CPL mais qu’elle avait perdu un frère qui avait milité avec les FL pendant la guerre. Ce n’est qu’après l’accord de Meerab que les deux familles se sont véritablement réconciliées », a-t-il raconté.

Pour M. Riachi, cet exemple devrait être appliqué à l’ensemble de la société libanaise, pour que le pays mérite à nouveau sa vocation de pays-message dans le monde arabe et ailleurs. Il a à cet égard déploré la « décadence » de la société libanaise, où l’on a souvent recours à l’insulte et à la diffamation pour s’exprimer.

Au sujet de la garantie de la liberté de presse dans un Liban qui se veut une oasis de libertés, M. Riachi a assuré, en réponse aux questions du public, que « la liberté d’expression est garantie par la diversité de la population. La diversité consacre la démocratie et empêche un glissement vers la dictature ».

 « Tant que je suis ministre de l’Information, je ne permettrai pas qu’une personne soit emprisonnée pour avoir dit telle ou telle chose », a-t-il assuré avant de poursuivre : « La liberté ne doit pas être limitée par un plafond quelconque, parce qu’à ce moment, elle cessera d’être une liberté. » À ce sujet, il a réaffirmé la nécessité d’aller devant le tribunal des imprimés dans les affaires où des journalistes sont impliqués.


Pour mémoire 

Jamil Sayyed met en demeure une journaliste de supprimer un retweet

Riachi dénonce des poursuites sélectives contre les journalistes

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà d’Idleb...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué