X

Dernières Infos

Simone Veil, rescapée de la Shoah et figure politique française, au Panthéon le 1er juillet

AFP
19/02/2018
Morte en juin, Simone Veil, une rescapée de la Shoah devenue une figure éminente de la politique française, entrera le 1er juillet au Panthéon, un temple républicain accueillant les plus illustres Français, a annoncé lundi l'Elysée.

L'ancienne ministre et présidente du Parlement européen sera la cinquième femme (contre 76 hommes) à reposer au Panthéon, situé à Paris, qui proclame sur son fronton : "Aux grands hommes, la patrie reconnaissante".

Symbole du combat pour l'émancipation féminine, porteuse contre vents et marées du projet de loi légalisant l'avortement en France en 1974, Simone Veil est morte le 30 juin 2017 à l'âge de 89 ans.

L'annonce de son entrée au Panthéon avait été faite par le président Emmanuel Macron le 5 juillet, mais aucune date n'était jusqu'à présent connue. Son époux Antoine Veil, mort en 2013, reposera à ses côtés.
"Vous avez, madame, prodigué à notre vieille Nation des dons qui l'ont faite meilleure et plus belle", avait souligné M. Macron à l'occasion de l'hommage national rendu le 5 juillet à cette survivante du camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau.

Dans son hommage, Emmanuel Macron avait également salué les "combats du siècle" dernier menés par Simone Veil, sa "bataille pour que cessent les conditions sordides et meurtrières dans lesquelles se déroulaient les avortements".

Le chef de l'Etat avait également salué le "combat pour l'Europe" de celle qui fut la première présidente du Parlement européen et ceux pour "la ratification de la Déclaration universelle des Droits de l'homme à la tribune des Nations unies", pour "la protection sociale" ou "contre le racisme et l'antisémitisme".
La dépouille de Simone Veil avait été inhumée au cimetière du Montparnasse, à Paris.

À la une

Retour à la page "Dernières Infos"
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué